Le SEIPA : une nouvelle allergie alimentaire de l‘enfant à connaitre

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

4 avril 2016

Utilisée pour les allergies IgE-médiées, « l'adrénaline est à proscrire dans le cas d'un SEIPA, car elle aggrave les symptômes ». L'hypovolémie est compensée par un remplissage (20mL/kg de sérum physiologique). « Après 20 minutes de remplissage, l'enfant est ressuscité », commente le médecin.

 
L'adrénaline est à proscrire dans le cas d'un SEIPA, car elle aggrave les symptômes – Dr Etienne Bidat
 

En l'absence de marqueurs biologiques, « le diagnostic est essentiellement clinique ». Le test de provocation orale, qui consiste à vérifier en milieu hospitalier le potentiel allergène d'un aliment, « n'est pas nécessaire, en phase aiguë, mais peut être envisagé en cas de tableau clinique atypique ».

SEIPA chronique: des vomissements tardifs

Pour ce qui est de la forme chronique, le SEIPA se manifeste par des vomissements intermittents, qui apparaissent en moyenne 10 jours après introduction de l'aliment allergène. Ces vomissements se distinguent alors des reflux, habituellement observés chez l'enfant, par leur intensité.

Un SEIPA chronique est généralement associé au lait de vache et au soja. Toutefois, le Dr Bidat a aussi identifié chez ses jeunes patients des réactions au poisson (26%), au poulet (14%), à l'œuf (11%), au riz (6%) et même au lait de la mère (8,5%).

La phase chronique dure, en moyenne, une trentaine de jours, « mais peut s'étendre sur une période d'un an ». Elle s'accompagne généralement de diarrhées sanglantes, d'une faible prise de poids ou d'une irritabilité.

Le passage à la forme aiguë peut survenir à la suite de la réintroduction de l'aliment en cause, après une longue période d'évitement. Il faut donc rester vigilant, au moment d'effectuer un test de provocation orale, a indiqué l'allergologue.

 
Une évolution d'un SEIPA vers une allergie IgE-médiée est un facteur de mauvais pronostic.
 

Une guérison après 2 à 3 ans

Ce test de provocation est à initier 12 à 18 mois après le début du régime d'éviction, en milieu hospitalier, avec des conditions permettant de traiter une éventuelle hypovolémie. Trois doses de protéines sont apportées toutes les 45 minutes, à raison de 0,3 gramme de protéines/kg.

Une fois l'aliment fautif identifié et écarté, la guérison intervient au bout de deux à trois ans. Soit, "beaucoup plus tard que pour les allergies IgE-médiées", selon le Dr Bidat. Chez ses patients, la guérison la plus précoce a été observée au bout de 18 mois.

Une évolution d'un SEIPA vers une allergie IgE-médiée est un facteur de mauvais pronostic. « La guérison intervient alors encore plus tard ».

 

REFERENCES :

1. Bidat E ,SEIPA (syndrome d’entérocolite induite par les protéines alimentaires) : c’est quoi ?, JFHOD, Paris, 17 mars.

2. Katz Y, Goldberg MR, Rajuan N, The prevalence and natural course of food protein-induced enterocolitis syndrome to cow's milk: a large-scale, prospective population-based study, mars 2011, 127 (3), pp 647-53.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....