POINT DE VUE

L'ACC vu par le Dr John Mandrola : entre humour et scepticisme

Traduit par le Dr Catherine Desmoulins

Auteurs et déclarations

1er avril 2016

Chicago, Etats-Unis -- Cardiologue et chroniqueur de l’édition internationale de Medscape, le Dr John Mandrola a livré une vision très personnelle du congrès de l’ACC 2016 et fait, non sans humour, une sélection de sujets d’intérêt.Voici son texte.

« Mettre le feu à l’innovation »

Dans sa vidéo d’introduction du congrès 2016, l'American College of Cardiology (ACC) annonce que les sessions scientiques à Chicago vont « mettre le feu à l'innovation, créer des connexions, améliorer la qualité des soins et changer notre façon de penser.»

Rien que ça… Et on est en droit de l’espérer car la cardiologie a vraiment besoin d'un coup de pouce. S'il vous plaît, donnez-nous de vraies avancées ! Quelque chose de plus qu'une réduction du risque absolu de 1% sur un critère de jugement composite. Quelque chose de plus qu'une nouvelle procédure à la recherche d'une indication.

J’aimerai aussi que la tendance à la baisse du taux de participation aux congrès s’inverse. Les congrès sont des moments sacrément importants, non pas tant pour le contenu de leurs sessions scientifiques mais pour les échanges avec nos collègues, nos pairs, indispensables pour garder le moral.

Ouverture du bal le samedi 2 avril

Le grand spectacle commence le samedi avril 2. L'an dernier, le Dr Abraham Verghese avait été source d’inspiration avec son appel à retrouver de l'humanité dans notre prise en charge du patient assis en face de nous, en salle d'examen. Cette année, l’expert de santé publique, Dr David Nash de l'Université Thomas Jefferson nous parlera de notre rôle en santé des populations (Simon Dach lecture). Comment un système de santé à but lucratif peut-il contribuer à la santé de toute la population ? Je suis sceptique sur le rôle du clinicien en matière de santé de la population; mais je promets d'écouter avec un esprit ouvert.

Deux autres conférences importantes ont retenu mon attention. Dans la première Harold Miller, le président et chef de la direction du Centre de réforme « qualité et paiement des soins » discutera de la transition du « volume » vers la « valeur ». Une transition qui n’arrive pas assez vite à mon sens et je méprise la rémunération liée à la multiplication des procédures. Ensuite, dans le cadre de la conférence Eugene Braunwald, le nouveau président de la FDA, Dr Robert Califf parlera des preuves et des pratiques en médecine cardiovasculaire. Califf est un orateur hors pair et le passage des preuves à la pratique est indéniablement sujet à améliorations. Je me demande s’il mentionnera la question du libre accès aux données (data-sharing).

Le congrès de l'ACC a toujours mis l'accent sur la clinique et les essais cliniques. Cette année, il y a 5 sessions d’essais cliniques (LBCT).

La prochaine frontière des TAVI et le rêve de Salim Yusuf

LBCT 1: La première session de LBCT, le jour de l’ouverture du congrès, porte sur deux questions devenues essentielles en cardiologie : les valvulopathies et la prévention médicamenteuse des maladies cardiovasculaires.

Le Dr Martin Leon (Columbia) présentera les résultats de PARTNER 2 comparant le remplacement aortique percutané (TAVI ou TAVR des Anglo-Saxons) à la chirurgie chez des patients porteurs d’une sténose aortique à risque intermédiaire. Vous le savez : le risque intermédiaire est la prochaine étape à franchir en cardiologie structurelle et des résultats préliminaires favorables ont déjà été rapportés. Le fait que la présentation du Dr Leon fasse suite à la plénière d’ouverture est de bonne augure pour les résultats de PARTNER 2.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....