Devrions-nous tous manger sans gluten?

Pr William F. Balistreri

Auteurs et déclarations

4 mai 2016

Dans cet article

Sensibilité au gluten sans maladie cœliaque (SGNC)

La sensibilité au gluten sans maladie coeliaque (SGNC) est la nouvelle appellation utilisée pour décrire le désordre clinique en relation avec l’ingestion de gluten ou de céréales qui en contiennent.[8-13] Lebwohl et collaborateurs [14] proposent un terme plus simple et peut-être plus adéquat pour ce syndrome : « personnes qui évitent  de consommer du gluten ».

Spectre clinique

La SGNC est décrite à partir de symptômes gastro-intestinaux auto-rapportés, comme la douleur abdominale, le reflux gastro-oesophagien, les gaz et ballonnements, les nausées, la diarrhée et/ou la constipation.[15]

Une multitude de symptômes non gastro-intestinaux ont également été signalés, à savoir céphalées, fatigue, « esprit embrumé », anxiété, dépression, douleurs musculaires, et éruptions cutanées. Un cortège similaire de symptômes a été rapporté chez les enfants.[16,17]

Aziz et Hadjivassiliou [9]ont démontré que chez les patients souffrant de SGNC, le gluten est indépendamment associé à la dépression – laquelle pourrait ainsi partager des mécanismes physiopathologiques avec d’autres manifestations neurologiques susceptibles d’être associées à la consommation de gluten, comme l’ataxie.

Définition

Un rapport récent de Fasano et collaborateurs[8] dresse l’état actuel des connaissances sur la SGNC et suggère de clarifier la définition du syndrome. Ils proposent la définition suivante : « entité clinique induite par l’ingestion de gluten donnant lieu à des symptômes intestinaux et/ou extra intestinaux qui disparaissent une fois le gluten éliminé ».

Cette définition exige que les diagnostics de maladie cœliaque et d’allergie au blé soient exclus. Ils proposent également que la SGNC soit associée à une réponse immunitaire innée – plutôt qu’adaptative – en l’absence de modifications fonctionnelles détectables de la barrière muqueuse.

Un panel international a défini de façon similaire cette SGNC comme la survenue de symptômes intestinaux ou extra intestinaux chez les sujets sans maladie coeliaque ou allergie au blé, et qui consomment des aliments contenant du gluten.[18,19,20,21]

Prévalence

Aziz et collaborateurs ont mené une enquête pour estimer la prévalence des SGNC auto-déclarées dans la population générale, et l’observance d’un régime sans gluten en dehors d’une maladie coeliaque.[1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22] Ils ont conclu que 13% de la population (79% de femmes, âge moyen 39,5 ans) portait un autodiagnostic de sensibilité au gluten, alors que 0,8% seulement de cette population présentait une maladie cœliaque confirmée.

L’observation d’une autre cohorte de 200 patients présumés sensibles au gluten (84% de femmes, âge moyen 39,6 ans) a montré que 7% des patients avaient effectivement une maladie coeliaque et 93% une SGNC.[1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22]

Tous les patients porteurs d’une maladie coeliaque étaient porteurs du génotype HLA (Human Leucocyte Antigen) DQ2 ou DQ8, contre seulement 53% des sujets atteints  d’une SGNC. Par ailleurs, la maladie coeliaque était associée à davantage de carences nutritionnelles et de troubles auto-immuns (23% vs 10%), ainsi qu’à un IMC (Indice de Masse Corporel) plus faible que la SGNC.

Dans une enquête incluant plus de 1000 australiens, 7% ont rapporté des effets secondaires liés à l’ingestion de produits à base de blé, bien que la majorité n’ait eu aucune confirmation diagnostique de maladie coeliaque ou d’allergie au blé.[23]

Biesiekierski et collaborateurs[15] ont également enquêté sur des adultes qui pensaient être atteints d’une SGNC. Ils ont constaté qu’un régime sans gluten était le plus souvent initié par les personnes elles-mêmes (44%), moins souvent par des professionnels de santé (21%), diététiciens (19%), ou médecins généralistes (16%). L’initiation d’un régime sans gluten sans éliminer au préalable une maladie cœliaque était courante ; aucune démarche d’élimination diagnostique n’a été réalisée pour 15% des personnes interrogés. Dans 25% des cas, les symptômes étaient mal contrôlés, même après l’arrêt du gluten.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....