Moins de SEP chez les grands buveurs de café : un constat « intriguant »

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

24 mars 2016

Des données qui demandent confirmation

D’autres études seront nécessaires pour montrer que la caféine ou une autre molécule contenue dans le café joue bien un rôle protecteur – Les auteurs

Les chercheurs appellent à une certains prudence quant à l’interprétation de ces résultats. Puisqu’il s’agit d’une étude observationnelle, le lien de causalité entre la consommation de café et le risque de SEP ne peut être clairement établi. Les biais de mémoire et les changements de consommation de café entre le diagnostic de SEP et le recueil des données, notamment, ont pu influencer les résultats, précisent-ils.

En revanche, l’étude présente des points forts. En particulier, le nombre important de patients atteints de SEP qui ont été enrôlés et l’accès à des informations détaillées sur des facteurs de biais importants.

« D’autres études seront nécessaires pour montrer que la caféine ou une autre molécule contenue dans le café joue bien un rôle protecteur, pour évaluer de façon longitudinale l’association entre la consommation de café et l’activité de la maladie et pour évaluer les mécanismes d’action du café, ce qui pourrait nous orienter vers de nouvelles cibles thérapeutiques », concluent les auteurs.

Nouvelle vertu du café ?

Dansun éditorial accompagnant l’article, les Prs José Maria Andreas Wijnands et Elaine Kingwell (Université de Colombie Britannique, Vancouver, Canada) qualifient les données « d’intrigantes » et appellent également à réaliser de nouveaux travaux pour étudier le rôle potentiel du café dans le développement de la SEP et les mécanismes sous-jacents.

Les résultats de ces analyses confortent un peu plus l’idée selon laquelle le café est bon pour la santé -- Les éditorialistes

Ils précisent qu’auparavant, d’autres études cas-témoins n’ont pas retrouvé de liens entre la consommation de café et le risque de SEP mais que cela n’est « pas surprenant » car il est très difficile de préciser la nature des liens entre l’alimentation et le risque de développer une maladie.

« Bien qu’il reste à démontrer que boire du café puisse prévenir le développement de la sclérose en plaques, les résultats des ces analyses confortent un peu plus l’idée selon laquelle le café est bon pour la santé », concluent les éditorialistes.

Le Dr Hedström et les éditorialistes n’ont pas déclaré de liens d’intérêt en rapport avec le sujet. Les liens d’intérêt des co-auteurs sont listés dans le papier.

REFERENCES:

1.A K Hedström et coll. High consumption of coffee is associated with decreased multiple sclerosis risk; results from two independent studies. J Neurol Neurosurg Psychiatry. Publié en ligne le 3 mars 2016.

2.Wijnands JMA, Kingwell E. Time to wake up and smell the coffee? Coffee consumption and multiple sclerosis. J Neurol Neurosurg Psychiatry. Publié en ligne le 3 mars 2016.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....