Le cœur des basketteurs américains est-il normal ou pathologique ?

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

17 mars 2016

Un plateau pour le diamètre de la racine aortique

S’agissant du diamètre de la racine aortique, des valeurs allant de 25 à 42 mm sont rapportées, avec une moyenne à 33,7 mm. Mais seulement 4,6% des basketteurs présentaient une valeur > 40 mm. Au passage, les auteurs notent avoir observé un plateau pour la valeur de ce diamètre, contrairement à ce qu’ils ont constaté avec les paramètres VG, qui augmentent avec la taille et la surface corporelle des joueurs.

Ce plateau « suggère que la taille corporelle n’est pas le facteur déterminant, expliquant le diamètre aortique chez les athlètes présentant les plus fortes valeurs » commentent prudemment les auteurs, qui estiment par ailleurs que « ces données questionnent l’applicabilité à des individus exceptionnellement grands, de la formule habituelle, supposant une linéarité entre surface corporelle et diamètre aortique ».

On note enfin un taux de prolapsus mitral chez les 24 sujets présentant un diamètre de la racine aortique > 40 mm de 17%, supérieur au taux de 4% observé chez les 502 sujets présentant un diamètre aortique moindre.

Le cœur d’un basketteur américain est un « cœur d’athlète normal »

« Cette étude fournit des données cardiaques dans un groupe d’athlètes dont les paramètres anthropométriques dépassent ceux de toute autre catégorie d’athlètes étudiée jusqu’à présent, et dans un groupe connu pour présenter un taux élevé de mort subites d’origine cardiaque », résument les auteurs.

Dans l’ensemble, et exception faite du diamètre aortique, les caractéristiques cardiaques des basketteurs américains restent comparables à ce qui est généralement constaté chez des athlètes, une fois prise en compte leurs caractéristiques morphologiques. Ce résultat est plutôt rassurant. Il laisse toutefois en suspens la question capitale : si, comme l’indiquerait la colinéarité taille corporelle/taille VG, le cœur d’un basketteur américain est un « cœur d’athlète normal », d’où vient l’excès de mort subite dans cette discipline ?

On ne devrait pas tirer de conclusion sur le cœur d’un athlète à partir de mesures échocardiographiques isolées.

C’est évidemment à cette question que cherchent à répondre la NBA et les cardiologues de l’Université Columbia, en constituant une base de données spécifique et détaillée.

En attendant, un premier principe ressort, qui vaut certainement aussi bien pour les athlètes européens : « on ne devrait pas tirer de conclusion sur le cœur d’un athlète à partir de mesures échocardiographiques isolées. Toute conclusion doit au contraire être replacée dans un contexte global, incluant une évaluation médicale complète, incorporant tout autre information clinique pertinente », c’est-à-dire les paramètres morphologiques et l’origine ethnique.

L’étude a été financée par la NBA.
Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en rapport avec le sujet.

REFERENCES :

  1. David J. Engel, MD; Allan Schwartz, MD; Shunichi Homma. Athletic Cardiac Remodeling in US Professional Basketball Players. JAMA Cardiol. doi:10.1001/jamacardio.2015.0252.

  2. Harmon KG, Asif IM, Klossner D et coll. Incidence of Sudden Cardiac Death in National Collegiate Athletic Association Athletes . Circulation.2011; 123: 1594-1600.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....