Arrêt cardiaque : les femmes moins bien prises en charge que les hommes

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

8 mars 2016

Moins de cathétérisme chez les femmes

Seconde étape : l’hôpital. Ici encore, les chiffres posent question, puisque 18% de femmes sont vivantes en arrivant à l’hôpital, contre 26% des hommes.

Les services d’urgences aussi sont moins susceptibles de transporter directement une femme en salle de cathétérisme pour une angiographie – Dr Karam

En outre, à leur arrivée aux urgences, 40% de ces femmes ont bénéficié d’une angiographie, contre 60% des hommes. Or encore, parmi la majorité de femmes qui n’ont pas bénéficié de l’angiographie, près de la moitié présentaient une maladie coronaire.

Que le public reste convaincu de la spécificité masculine de la maladie coronaire, est une chose. Mais l’ignorance n’est pas réservée aux non soignants : « les services d’urgences aussi sont moins susceptibles de transporter directement une femme en salle de cathétérisme pour une angiographie », déplore le Dr Karam.

« Chez les femmes qui ont bénéficié d’une angiographie, nous avons observé une cause coronaire à l’arrêt cardiaque dans un tiers des cas », ajoute-t-elle. « L’angiographie n’est donc pas un geste inutile ».

Aucun motif pour éviter l’angiographie chez une patiente victime d’arrêt cardiaque

Le déficit concerne en fait toute la chaine de prise en charge. La patiente elle-même, pour commencer. « Une précédente étude menée à l’HEGP montrait que les victimes d’arrêt cardiaque présentent fréquemment des symptômes la veille : évanouissements, étourdissements, nausées, palpitations, douleurs à la poitrine, souffle court. Les femmes ont tendance à tenir ces symptômes pour imaginaires, ou décident de s’en occuper plus tard. Or, les femmes doivent écouter leur corps en cas de douleurs à la poitrine, et consulter un médecin très rapidement ».

Les femmes ont tendance à tenir ces symptômes pour imaginaires, ou décident de s’en occuper plus tard.

Les médecins traitants eux-mêmes « ne pensent pas au dépistage » de la maladie coronaire. Quant aux hospitaliers, ils restent dans le schéma général de pensée. Or, « la fréquence de la maladie coronaire chez les femmes est en augmentation », et « l’arrêt cardiaque n’est pas un évènement rare chez les femmes ».

Il existe certes des causes d’arrêt un peu plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes, comme l’embolie pulmonaire. « Mais ceci ne dispense pas de l’angiographie systématique, hors cause évidente ».

Conformément aux recommandations, « les médecins doivent prendre en charge les femmes exactement comme ils prennent en charge les hommes. Nous ne pourrons améliorer la survie des femmes après arrêt cardiaque que lorsque les médecins, les services d’urgences, le grand public et les femmes elles-mêmes accepteront que l’accident peut arriver à n’importe qui, quel que soit le sexe ».

L’étude a été financée par l’Inserm, L’Université Paris-Descartes, et l’AP-HP.
Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en rapport avec le sujet.

REFERENCES:

1. Karam N, Marijon E, Beganton F, Lamhaut L, Dumas F, Cariou A, Spaulding C, Jouven X. Initial prognosis and management of out of hospital cardiac arrest in women: the SDEC Paris study. European Heart Journal. 2015;36(Abstract Supplement):206.

2. 2014 ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularization. European Heart Journal. 2014;35:2541–2619. doi:10.1093/eurheartj/ehu278

3. 2015 ESC Guidelines for the management of patients with ventricular arrhythmias and the prevention of sudden cardiac death. European Heart Journal. 2015;36:2793–2867. doi:10.1093/eurheartj/ehv316

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....