Que deviennent les anorexiques ?

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

27 janvier 2016

Paris, France – Que deviennent les patients anorexiques ? Tel était le sujet de l’exposé du Pr Stéphane Guillaume (CHU de Montpellier) sur le devenir des patients (dans 90% des cas des patientes) atteints d’anorexie mentale, lors du 14ème congrès de l’Encéphale .

Quatre points sont à retenir, de l’évolution la plus défavorable à la guérison.

1-La mortalité est élevée ; il faut évaluer le risque suicidaire

 
Les anorexiques font des gestes plus sévères avec une intentionalité plus importante -- Pr Stéphane Guillaume
 

La mortalité reste la plus élevée des pathologies psychiatriques : 5 à 10% selon les auteurs, « avec probablement des progrès durant la dernière décennie », note le Pr Guillaume.

La mortalité est maximale durant les 10 premières années, et jusqu’à 20% des décès seraient liés à un suicide.

Le sur-risque est énorme, puisqu’un facteur 31 par rapport à la population générale a été rapporté : x20 chez les bipolaires, x7,5 chez les boulimiques, x 2,5 chez les sujets dépendants du tabac. D’une manière générale, « les anorexiques font des gestes plus sévères avec une intentionnalité plus importante », souligne le Pr Guillaume.

 

2-De l’anorexie aiguë à l’anorexie chronique

Si le trouble du comportement alimentaire (TCA) devient chronique, la réévaluation des objectifs thérapeutique est nécessaire : il ne s’agit plus de guérir le trouble, mais de permettre à la personne de vivre avec en réduisant les risques.

La seconde évolution, par sévérité décroissante, est le passage la chronicité. « Il existe un seuil de durée de 5 à 8 ans au-delà duquel les chances de rémission diminuent drastiquement », indique le Pr Guillaume.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....