POINT DE VUE

Cancer du poumon : une année marquée par l’immunothérapie

Dr Colas Tcherakian

Auteurs et déclarations

5 janvier 2016

Le blog du Dr Colas Tcherakian – Pneumologie

This feature requires the newest version of Flash. You can download it here.

Il constituait déjà la première cause de mortalité par cancer chez l’homme, mais chez la femme aussi, le cancer du poumon est devenu le plus meurtrier, dépassant aujourd’hui le cancer du sein. Deux études majeures publiées simultanément en 2012, ont néanmoins ouvert un espoir, en montrant que l’inhibition du système PD-1 / PD-L1  permet d’obtenir des taux de réponse inconnus jusqu’alors dans les formes évoluées, de stade 3b ou 4 [1,2]. C’est la première fois que des traitements à visée immunologique font preuve d’efficacité dans le cancer du poumon.

En 2015, cet espoir s’est concrétisé avec l’autorisation par la FDA du nivolumab (Opdivo®, BMS) et du pembrolizumab (Keytruda®, Merck), anticorps dirigés respectivement contre le ligand PD-L1 et le récepteur PD-1. Le nivolumab a également été autorisé en Europe. Par rapport aux chimiothérapies, ces molécules sont relativement bien tolérées, souligne le Dr Tchérakian. Un bénéfice existe donc aussi en termes de qualité de vie. Alors que le tabagisme ne régresse pas, que la dégradation de l’environnement est mise en cause dans les cancers du poumon chez les non-fumeurs, et que les diagnostics restent majoritairement tardifs, les anti PD-1 / PD-L1 mérite d’être salués comme la révolution pneumologique de l’année 2015.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....