Nouveaux ratés aux concours d’internat sur tablette

Jean-Bernard Gervais

Auteurs et déclarations

14 mars 2016

Promo crashtest

Ce déni de la réalité a eu pour conséquence une désertion de la dernière épreuve du 9 décembre. « Il y a eu beaucoup de boycott pour la dernière épreuve de lecture critique d’articles (LCA). On estime que les connexions n’ont été assurées qu’à 50% de ce que l’on attendait, selon des recensions de l’Anemf. Nous avons également rencontré des bugs au niveau de l’application. Par exemple, le rafraîchissement effaçait le surlignage du texte » explique Maxime Rifad, vice-président de l'Anemf en charge des perspectives professionnelles.


Quoi qu’il en soit, ce ratage national a suscité de la colère, de l’exaspération et de la lassitude chez les étudiants, qui ont dû préparer ces épreuves sans relâche. Et n’ont pas eu un mot d’excuse du CNG, encore moins du ministère de la Santé. Si bien que sur les réseaux sociaux, de nombreux étudiants ont baptisé leur promotion ».


Diagnostic en cours

Si le CNG peut être tenu pour responsable de ratage national, il était néanmoins épaulé par quatre prestataires, qui n’ont pas non plus anticipé les problèmes survenus. Il s’agit de la société Solucom, experte en sécurité des systèmes d’information, de la société GFI, chargé de la conception et de la réalisation de l’application informatique ECNi, du groupement d’intérêt RENATER, en charge de l’ensemble du réseau de télécommunication des universités, et de la société INTRINSEC, responsable de deux sites de sécurisation du dispositif d’hébergement des données recueillis.

Contacté par Medscape, édition française, des techniciens et informaticiens des universités se sont dits déçus par leur collaboration avec le CNG, coupable à leurs yeux d’un manque d’écoute et de communication.

Un expert, qui a travaillé sur le projet mais souhaite garder l’anonymat, nous confiait pour sa part que c’est au niveau des serveurs et des logiciels que le problème s’est posé. « Soit les serveurs sont sous-dimensionnés, soit le logiciel consomme trop de puissance, par manque d’optimisation. Le diagnostic définitif n’est pas établi ».

L’anemf pour sa part devrait avoir un rendez-vous dans les jours qui viennent avec le CNG et le ministère de la Santé pour évoquer ce problème. Et faire en sorte qu’il ne se reproduise pas, lors des ECNi véritable, en juin prochain.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....