Anticoagulation pour FA : enquête sur les connaissances des patients

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

4 décembre 2015

Aspect plus positif : « 90% des patients présentant un score CHA2DS2-VASc > 2 recevaient une anticoagulation ».

En ce qui concerne la surveillance rénale, les auteurs rappellent que l’EHRA estime obligatoire une évaluation annuelle chez les sujets ne présentant pas d’insuffisance rénale ou une insuffisance débutante, et une évaluation plus fréquente en cas d’insuffisance modérée.

« Comme seulement 54% des utilisateurs d’AOD étaient informés de cette nécessité, cette enquête montre que la surveillance de la fonction rénale doit faire l’objet d’une insistance particulière ».

Enfin, les 14,5% d’interruptions de traitement sont « cohérents avec les données antérieures, mais les raisons de l’interruption restent peu claires dans la majorité des cas », relèvent les auteurs. Ils estiment toutefois que le chiffre de 4% d’interruptions dues à des saignements est un résultat « encourageant dans la vraie vie ». En outre, « l’incidence plus élevée des saignements parmi les patients sous combinaison thérapeutique, et l’incidence plus faible sous AOD semble confirmer les résultats publiés dans les essais précédents ».

Pour autant, « il reste une marge d’amélioration », concluent les auteurs, elle est à trouver dans « l’éducation et l’observance des patients », et « c’est vrai en particulier pour les patients sous AOD ».

Et les médecins eux-mêmes, que savent-il des AOD ?


Si les patients nécessitent d’être informés sur cette relativement nouvelle classe de médicaments, il ne faut pas oublier que l’arrivée des AOD, après des décennies d’anticoagulation par AVK, a aussi nécessité un apprentissage de la part des médecins. En décembre 2012, nous avions nous-mêmes enquêté auprès de nos membres avec le sondage theheart/medscape cardiologie « Nouveaux anticoagulants : êtes- vous prêts ? » pour savoir quel était leur niveau de connaissance sur les « NACO ».

Voir aussi notre Dossier Medscape : Nouveaux anticoagulants oraux

 

Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en rapport avec le sujet.

 

Le Dr Walid Amara collabore à Medscape International.

Dans le cadre de cette collaboration, il déclare les relations financières et les conflits d'intérêts pertinents suivants : Conseiller ou consultant pour le compte de Biotronik ; conférencier pour le compte de Bristol Myers Squibb, Pfizer, Bayer, Boehringer Ingelheim, Daichii Sankyo ; bénéficiaire de subventions pour de la recherche clinique de Medtronic, Boston Scientific, Sorin Group.

 


REFERENCE :

  1. See comment in PubMed Commons belowAmara W, Larsen TB, Sciaraffia E et coll. Patients’ attitude and knowledge about oral anticoagulation therapy: results of a self-assessment survey in patients with atrial fibrillation conducted by the European Heart Rhythm Association. Europace doi:10.1093/europace/euv317.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....