Anticoagulation pour FA : enquête sur les connaissances des patients

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

4 décembre 2015

Montfermeil, France – Intéressante enquête européenne publiée dans Europace sur les traitements utilisés dans la FA en prévention des AVC (AVK, nouveaux anticoagulants oraux, antiplaquettaires, associations) et les connaissances qu’ont les patients sur ces traitements [1]. On apprend par exemple que 76% des patients sous AVK savent qu’il faut une surveillance mensuelle de l’INR, mais 21% des patients prenant un nouvel anticoagulant oral savent qu’il faut une surveillance rénale annuelle.

Les dernières recommandations de l’European Society of Cardiology dans la FA datent de 2012 : partout, elles ont été réécrites pour préciser la place des anticoagulants oraux directs (AOD). Le besoin de données dans la vraie vie se fait donc sentir pour évaluer ce qui n’a été décidé qu’en fonction des grandes études randomisées. Parallèlement, sur la lancée de ce qui se fait dans l’insuffisance cardiaque, ou dans le diabète, on semble se préoccuper de l’éducation du patient aussi dans la FA. Comme le soulignent les auteurs du papier d’Europace, « les études qui montrent la possibilité d’améliorer les connaissances des patients sur l’anticoagulation par des programmes structurés se multiplient. »

Dans ce contexte, donc, une enquête a été menée de novembre 2014 à février 2015 dans 8 pays européens, auprès de 1147 patients, qui ont répondu en ligne (sans assistance) à un questionnaire comportant 40 questions.

32% des participants se sont enrôlés eux-mêmes dans une enquête en ligne

Le questionnaire a d’abord été adressé aux centres d’électrophysiologie volontaires, membres de l’European Heart Rythm Association (EHRA), qui l’a répercuté en direction des hôpitaux locaux, cliniques et associations de patients.

Logiquement, les cardiologues étaient le principal canal de recrutement (36% des patients recrutés). Mais, signe des temps, près de 32% des participants ont découvert eux-mêmes l’existence de l’étude par internet. Par ailleurs, un tiers des patients recrutés étaient pris en charge en France, pays le plus représenté dans l’enquête.

Dans l’effectif, on compte 618 hommes et 528 femmes. Par ailleurs, 7,4% des patients étaient porteurs d’une valve mécanique, et 12,6% rapportaient un antécédent d’AVC/AIT. L’âge moyen était de 66 ans. Le poids rapporté était de 82 kg. Le score CHA2DS2-VASc moyen était de 2,9, et 44,6% des patients présentaient un score > 2.

La vraie vie est parfois suboptimale…

Face à une liste des noms commerciaux des anticoagulants, 879 patients (76,6%) ont déclaré prendre un tel traitement : AVK dans 70% des cas, et AOD dans 33%. On note que la question figurait une seconde fois dans le questionnaire, mais sans les noms des traitements. Ce sont cette fois 82% des patients qui ont déclaré être sous anticoagulant. Dans un bon 5% des cas, les noms commerciaux, et le traitement qu’ils désignent, ne sont donc pas compris.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....