Mélanome : feu vert de l’EMA pour un virus herpétique génétiquement modifié

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

28 octobre 2015

Londres, Royaume-Uni ― La première immunothérapie oncolytique, Imlygic® (talimogene laherparepvec), devrait bientôt recevoir une autorisation de mise sur le marché en Europe, selon un communiqué de l’EMA publié vendredi 24 octobre [1]. En parallèle, un feu vert à également été accordé, hier, à ce nouveau traitement du mélanome non résécable métastatique par la Food and Drug Administration (FDA) [2].

En Europe, l’Imlygic® devrait être indiqué dans le traitement du mélanome non résécable métastatique de l’adulte sauf en cas d’envahissement au niveau des os, du cerveau, des poumons ou d’autres organes internes.

L’Imlygic® est un médicament à base du virus de l’herpès labial (HSV-1) génétiquement modifié. En pratique, Imlygic est injecté directement dans le mélanome pour infecter et tuer les cellules cancéreuses. Après une première injection, une deuxième injection est administrée 3 semaines plus tard et des doses supplémentaires sont injectées toutes les deux semaines pendant au moins 6 mois, à moins qu’un autre traitement soit requis ou que cela ne soit plus nécessaire.

L’EMA rappelle qu’en 2012, plus de 100 000 européens ont été diagnostiqués avec un mélanome et que près de 22 000 en sont morts. Elle ajoute que depuis 3 ans, des progrès considérables ont été faits dans le traitement du mélanome métastatique non résécable avec les inhibiteurs de BRAFV600, et les inhibiteurs de MEK. Toutefois, elle insiste sur l’importance de trouver de nouvelles thérapeutiques avec des profils de sécurité acceptables.

Deux mécanismes d’actions différents
Imlygic est dérivé du virus de l’herpès (herpex simplex virus-1) génétiquement modifié pour entrer et se répliquer dans les cellules cancéreuses mais aussi pour produire le facteur de stimulation des colonies de granulocytes et de macrophages (FSC-GM). Il semble agir de deux façons. D’une part, en entrant dans la cellule tumorale et en utilisant ses ressources pour se répliquer, ce qui entraîne un surmenage de la cellule et provoque sa mort. D’autre part, en produisant la protéine FSC-GM qui stimule le système immunitaire du patient afin qu’il reconnaisse et qu’il détruise les cellules cancéreuses. Une fois que les cellules cancéreuses infectées meurent, des copies du virus d’échappent dans la circulation du patient et peuvent infecter de nouvelles cellules cancéreuses. Bien qu’Imlygic puisse entrer dans les cellules saines, il n’est pas capable de s’y répliquer et ne les tue pas.

L’essai pivot OPTIM

L’efficacité de l’Imlygic a été comparée à celle du facteur de croissance FSC-GM dans l’essai randomisé OPTIM chez des adultes ayant des mélanomes métastatiques non résécables . L’étude a enrôlé 436 patients : 295 dans le groupe « Imlygic » et 141 dans le groupe FSC-GM.

L’analyse d’un sous-groupe de patients sans atteinte pulmonaire, du cerveau ou d’autres organes internes a montré que 25% des patients du groupe traité par le virus répondaient de façon durable versus 1% dans le groupe FSC-GM (perte du volume tumoral d’au moins 50 % pendant au moins 6 mois, jusqu’à ce que l’état de santé des patients se dégrade ou qu’ils nécessitent des thérapies autres).

Des analyses exploratoires ont suggéré que les patients qui recevaient des injections d’Imlygic avaient des survies améliorées mais cela reste à confirmer. En outre, Imlygic n’a pas été comparé à d’autres traitements approuvés dans le mélanome et qui ont montré une amélioration en termes de survie des patients.

Globalement, les effets indésirables d’Imlygic étaient la fatigue, les frissons, la fièvre, les nausées, les syndromes grippaux et les douleurs au point d’injection. En tout 98 % des effets secondaires étaient considérés comme légers à modérés. L’effet secondaire de grade supérieur à trois le plus fréquent était la cellulite infectieuse.

Le communiqué de l’agence précise qu’un programme de suivi de l’efficacité et de la tolérance est en place.

L’avis favorable de l’EMA a été transmis à la Commission Européenne qui donnera rendra son verdict sur l’obtention de l’AMM dans les prochains mois.

 

REFERENCES :

  1. EMA. First oncolytic immunotherapy medicine recommended for approval. Advanced therapy medicine Imlygic indicated to treat certain stages of melanoma. 23 octobre 2015.

  2. FDA. FDA approves first-of-its-kind product for the treatment of melanoma. 27 octobre 2015.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....