Palmarès des remboursements de médicaments 2014 : Humira, Crestor, Doliprane en tête

Jean-Bernard Gervais

Auteurs et déclarations

28 octobre 2015

Traitements du cancer en progression

Par classe thérapeutique, hormis les traitements de l’hépatite C, les traitements du cancer sont la troisième classe (après les médicaments en ATU) en termes de progression de croissance, avec une hausse de +8,7%, soit 162,3 millions d’euros :

- Xtandi® (nouveau traitement du cancer métastatique de la prostate, +49,6 M€ entre 2013 et 2014),

- Xgeva® (antiostéoclastiques pour les troubles du calcium tumeur dépendants, +30,2 M€),

- Zytiga® (cancer métastasique de la prostate, +29,7 M€ entre 2013 et 2014),

- Imnovid (nouveau traitement du myélome multiple, +20 M€),

- Inlyta® (nouveau traitement de deuxième ligne du cancer du rein, +19,5 M€).

Ces traitements contre le cancer sont suivis par les médicaments antirhumatismaux, en hausse de +10,9%, soit 80,5 millions d’euros. Si la croissance des antidiabétiques est ralentie par rapport à 2013, elle reste importante : +3,3%, soit 44,3 millions d’euros, contre +78 millions d’euros en 2013.

En ce qui concerne les traitements contre la DMLA, la chute du Lucentis® est compensée par la croissance de l’Eylea®, en hausse de 159,8 millions d’euros par rapport à 2013. Si bien que, au total, les remboursements de médicaments contre la DMLA sont en augmentation de 7,4%. Les traitements contre la sclérose en plaques sont en hausse de 7,9% en 2014.

Traitements de l’hypertension artérielle et hypolipémiants en baisse

En revanche, les traitements de l’hypertension artérielle sont en retrait de 6,8%, soit -143,8 millions d’euros par rapport à 2013.

Les hypolipémiants sont aussi en décroissance de 138,5 millions d’euros, soit -11,5% par rapport à 2013.

Selon l’assurance maladie, outre les baisses tarifaires, cette chute serait due à la mise en place de l’accord préalable à la prescription de rosuvastatine et d’ézétimibe seule ou associée. La classe thérapeutique des antidépresseurs est la troisième classe en termes de décroissance de ses dépenses (-11,6% soit -59,4 M€ de moins en 2014 par rapport à 2013), sous l’effet de la générication du Seroplex® en juin 2014.

Les anti-infectieux sont en baisse de 4,1% soit 38,7 millions d’euros. Les traitements contre Alzheimer, du fait de la progression des ventes des génériques de Exiba® sont en baisse de 16,5%, soit -25 millions d’euros.

En 2015, la hausse se poursuit
Au premier semestre 2015, les dépenses de médicaments sont en hausse de 4,5% par rapport aux six premiers mois de l’année 2014. Et les tendances restent identiques à l’année 2014. La hausse de la croissance est portée par les nouveaux traitements contre l’hépatite C (+464 millions d’euros par rapport au premier semestre 2014), mais aussi par les anti-cancéreux (+101 millions d’euros), et les antirhumatismaux (+57 millions d’euros par rapport à 2014).

 

 

REFERENCE :

  1. Dépenses de médicaments en 2014 et premier semestre 2015.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....