Stimuler précocement la zone péri-infarcie ne prévient pas le remodelage dans PRomPT

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

2 septembre 2015

Londres, Royaume-Uni -- Idée audacieuse, le Dr Gregg Stone et coll. (New York Presbyterian Hostpital/Columbia University Medical Center et Cardiovascular Research Foundation,New York) ont tenté de prévenir le remodelage ventriculaire post-infarctus à l'aide d'un pacemaker capable de stimuler la zone à la périphérie de la lésion. Objectif : améliorer la contraction ventriculaire et alléger le travail de la zone endommagée.

Dr Gregg Stone

Malheureusement, les résultats de l’essai PRomPT, présentés lors du congrès annuel de la Société Européenne de Cardiologie, ESC 2015 sont négatifs. Ils montrent que la stimulation endocavitaire de la zone péri-infarctus ne prévient pas le remodelage ventriculaire gauche en cas d'infarctus ST (IDM) étendu. A 18 mois, elle n'apporte pas de bénéfices fonctionnels ou cliniques.

« Ceci prouve une fois de plus que l’ischémie et la nécrose myocardique font intervenir une multitude de facteurs dans leur déterminisme tels que la microcirculation, les courants ioniques, l’échelon cellulaire, etc…Si le résultat de l’étude avait été positif, cela aurait été trop beau pour être vrai ! », a commenté le Pr Didier Carrié (Service de CardiologieB, CHU Rangueil, Toulouse) pour Medscape France.

Pour plus d’information sur le congrès, voir aussi notre Liveblog.

Des Hot Lines qui montrent les limites de notre compréhension de l’infarctus
L'ESC 2015 est une mauvaise année pour la prise en charge de l'infarctus puisqu'il s'agit de la troisième piste qui se solde par un échec, après ALBATROSS et les résultats décevants de l'administration précoce d'anti-aldostérone et CIRCUS et l'absence d'intérêt du traitement intraveineux par ciclosporine.

L'étude PRomPT, sponsorisée par Medtronic, est prospective, multicentrique et contrôlée. Elle a enrôlé 126 patients, tous victimes récemment d'un IDM étendu. Les participants ont été répartis en trois groupes: l'un sans pacemaker (n=45), un autre avec stimulation biventriculaire (n=41) et le dernier avec une stimulation péri-infarctus du ventricule gauche (n=40).

Un défibrillateur avec resynchronisation a été implanté dans les deux groupes de patients stimulés dans les dix jours qui ont suivi l'IDM.

« Sur les infarctus du myocarde antérieur avec fraction d’éjection altérée < 35%, il est recommandé d’implanter un défibrillateur systématique (classe 1) et très souvent la resynchronisation du VG est associée car ces patients ont tendance très vite à faire de la dysfonction du VG et donc de l’insuffisance cardiaque », explique le Pr Carrié.

A 18 mois, le critère principal de l'étude, le volume télédiastolique du ventricule gauche n'a pas été amélioré (VTDVG: 15,5 ml vs 16,7 ml, p=0,92).

En outre, aucune différence n'a été observée pour la fraction d'éjection, l'hospitalisation pour insuffisance cardiaque, la mortalité, les performances physiques et la qualité de vie.

Interrogé par Medscape France sur cette expérience, le Pr Gilles Montalescot (hôpital de la Pitié Salpêtrière, Paris) n'a pas caché son scepticisme. « Il s’agit d’un geste interventionnel supplémentaire. En outre, il faut aller faire un cathétérisme sur un gros infarctus antérieur, sur une paroi nécrosée, ce qui n’est pas sans risque. Les résultats sont négatifs, il n'est donc pas utile d’aller plus loin.»

L'étude a été sponsorisée par Medtronic. Le Dr Stone a reçu des honoraires des laboratoires Osprey, Boston Scientific, InspireMD, TherOx, Atrium, Miracor, Eli Lilly, Daiichi Sankyo partnership, AstraZeneca et Velomedix.

 

REFERENCE:

1. PRomPT : Peri-infarct pacing does not improve outcomes in patients with large myocardial infarction. Hot Line I-Acute myocardial infarction. ESC. 30 août 2015.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....