La stimulation médullaire transcutanée aide des paraplégiques à bouger leurs jambes

Dr Isabelle Catala avec Megan Brooks

Auteurs et déclarations

5 août 2015

Los Angeles, Etats-Unis -- Cinq hommes paraplégiques depuis 2 à 6 ans ont pu reproduire des mouvements de marche grâce à une stimulation électrique transcutanée intermittente de la moelle épinière. Cet effet s’est prolongé en dehors de la stimulation et il a été majoré par un traitement par buspirone (Buspar® et Gé.), un anxiolytique non benzodiazépinique qui mime l’action de la sérotonine. Ces résultats, qui confirment l’importance de la neuroplasticité, sont publiés dans le Journal of Neurotrauma [1].

 
La stimulation pourrait réveiller les connections dormantes entre le cerveau et la moelle épinière -- Dr Reggie Edgerton
 

« La stimulation pourrait réveiller les connections dormantes entre le cerveau et la moelle épinière. Et lorsque ces mécanismes sont réveillés, il est possible qu’ils fonctionnent par eux-mêmes sans stimulation » a commenté pour Medscape News le Dr Reggie Edgerton (laboratoire de biologie et de physiologie intégrative, UCLA, Los Angeles). « Il est aussi possible qu’il existe des voies de stimulation alternatives qui ne sont pas activités à l’état physiologique et que l’on recrute grâce à la stimulation »,

Le Dr Roderic Pettigrew (Los Angeles, Etats-Unis), directeur du laboratoire de recherche parle lui « d’une nouvelle approche d’une pathologie qui, jusqu’à ces dernières années, était considérée comme irréversible ».

Tout a effectivement changé en 2013 lorsque des membres de cette même équipe ont rapporté que 4 hommes paraplégiques pouvait effectuer des pas sans aide grâce à un dispositif de stimulation permanent. Et leurs capacité motrices n’ont cessé de s’améliorer avec le temps.

Stimulation et kinésithérapie pendant 4 semaines

Après le succès de l‘implantation, l’équipe du Dr Reggie Edgerton et du Yury Gerasimenko (laboratoire de physiologie du mouvement, Institut du mouvement, Institut Pavrov, Saint Petersbourg, Russie) ont choisi de développer un nouveau dispositif de stimulation non permanent épidural transdermique comprenant des électrodes allant du thorax au coccyx. Ce sont les premiers résultats de l’application de cette nouvelle technique qui sont publiés et ils sont très prometteurs.

Protocole de l’essai
Dans un premier temps, les séances de stimulation au niveau de la vertèbre D11 ont été proposées une fois par semaine associées à des séances de kinésithérapie. Entre les phases de stimulation de 3 minutes environ, le kinésithérapeute faisait bouger passivement les membres inférieurs et demandait au patient de tenter de reproduire les mouvements. L’intensité de la stimulation variait au cours des 4 premières semaines de l’étude et les mouvements ont été analysés avec des goniomètres automatiques pendant un total de 18 semaines.

 

Evolution des résultats au cours du temps

 
Il est aussi possible qu’il existe des voies de stimulation alternatives qui ne sont pas activités à l’état physiologique et que l’on recrute grâce à la stimulation-- Dr Reggie Edgerton
 

Au cours du premier mois, seules les intensités importantes de stimulation permettaient le mouvement. Et au cours même de ces premières semaines, l’amplitude des mouvements pour une même intensité a progressivement augmenté, jusqu’à doubler.

Durant les 4 semaines qui ont suivi, les patients ont été traités par buspirone et n’ont plus reçu de stimulation. Ce médicament qui mime l’action de la sérotonine avait déjà été utilisé avec succès chez l’animal hémiplégique. Grâce au traitement médical et à la kinésithérapie, les 4 hommes ont pu réaliser des mouvements équivalents à ceux obtenus avec stimulation.

Pendant les 10 semaines restantes, les patients n’ont été traités que par kinésithérapie.

Existence de potentiels électriques

La mesure des électromyogrammes des muscles des jambes a confirmé l’existence d’un potentiel électrique sans recours à la stimulation.

Des essais vont maintenant déterminer si la récupération motrice peut permettre aux patients de retrouver la position debout, de réguler leur sudation, leur pression artérielle, le contrôle des urines, des selles et restaurer une fonction sexuelle.

 

Crédit photo: Neuromuscular Research Laboratory/UCLA

 

REFERENCE :

  1. Gerasimenko Y, Lu D, Modaber M et coll. Noninvasive Reactivation of Motor Descending Control after Paralysis. Journal of Neurotrauma. doi:10.1089/neu.2015.4008.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....