POINT DE VUE

Les boissons sucrées tuent : réaction du Dr Hansel

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

2 juillet 2015

Dr Boris Hansel

Boston, Etats-Unis – Près de 200 000 morts par an dans le monde liés aux maladies cardiovasculaires, diabète et cancers provoqués par l’excès de boissons sucrées : le moins que l’on puisse dire est que le chiffre publié dans Ciculation [1] interpelle, et notamment les diabétologues, puisque le diabète à lui seul représenterait quelques 130 000 décès. Nous avons demandé l’avis du Dr Boris Hansel (Hôpital Bichat, Paris), blogueur sur les sujets d’endocrinologie et nutrition pour Medscape France.

Dr Hansel « Je ne suis absolument pas surpris par la relation, mise en évidence dans l’article de Circulation, mais il faut l’interpréter sans simplisme.

 
La consommation de boissons sucrées est délétère en elle-même, mais elle est aussi un marqueur de comportements alimentaires beaucoup plus généraux.
 

La consommation de boissons sucrées est délétère en elle-même, mais elle est aussi un marqueur de comportements alimentaires beaucoup plus généraux. Malgré tous les ajustements auxquels on peut procéder, le caractère strictement univoque de la relation peut donc être difficile à affirmer. Et surtout, l’affirmation comporte un risque : faire perdre de vue qu’en matière alimentaire, « lorsqu’on retire un produit ici, on en rajoute un autre ailleurs ». En d’autres termes, parce que l’excès de boissons sucrées est un paramètre unique et facile à détecter en consultation, le risque serait de délaisser d’autres aspects importants, voire de les aggraver du fait d’un mécanisme de report.

La cohérence des comportements alimentaires a été montrée notamment par des résultats obtenus par les équipes de Bichat et de la Pitié-Salpêtrière, et publiés dernièrement [2].

Il s’agit d’une enquête menée auprès de 200 000 clients réguliers d’une grande chaine de supermarchés en France, qui compare les achats alimentaires accompagnants l’achat de différents types d’alcool. Les résultats montrent que les acheteurs de bière sont par ailleurs beaucoup plus portés sur la « junk food » que les acheteurs de bon vin. En quelque sorte, le contenu d’un caddie de supermarché est un tout.

Le schéma est-il transposable aux sodas ? L’hypothèse n’est pas prouvée, mais elle est très envisageable, avec une double conséquence. Premièrement, si l’acheteur de sodas est aussi grand consommateur de barres chocolatées et assimilé, alors il sera donc difficile, sans mettre les sodas hors de cause, de les incriminer isolément. Deuxièmement, il sera également difficile d’avoir la certitude, lorsqu’on réduit la consommation de sodas, qu’elle ne se reporte pas sur d’autres boissons, et notamment sur la bière.

 
Il sera également difficile d’avoir la certitude, lorsqu’on réduit la consommation de sodas, qu’elle ne se reporte pas sur d’autres boissons, et notamment sur la bière.
 

Ces considérations ont une certaine importance pratique. En consultation, il faut en effet s’assurer qu’une baisse de la consommation de sodas ne sera pas compensée par autre chose.

En consultation toujours, la discussion sur les sodas demande d’aborder la question de la consommation des jus de fruit, et notamment des jus sans sucre ajouté. Ils sont habituellement perçus comme un aliment sain et par conséquent rarement mentionnés en réponse à une question sur les boissons sucrées.

Dans ma propre pratique, je pose donc deux questions. Premièrement : buvez-vous des boissons sucrées ? Et comme la réponse se limite généralement aux sodas, il faut revenir à la charge une seconde fois : buvez-vous des jus de fruits ? Il s’agit d’une (ou de deux) questions clés. On peut espérer qu’elle soit posée systématiquement. Mais il y a peut-être un effort à faire dans la manière de la poser et de l’approfondir.

 

Déclaration d’intérêt : aucune

 

REFERENCES:

  1. Singh GM, Micha R, Khatibzadehs et coll. Estimated Global, Regional, and National Disease Burdens Related to Sugar-Sweetened Beverage Consumption in 2010. Circulation 2015 ; doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.114.010636.

  2. Hansel B, Roussel R, Diguet V et coll. Relationships between consumption of alcoholic beverages and healthy foods: the French supermarket cohort of 196,000 subjects. Eur J Prev Cardiol . 2015 Feb;22(2):215-22. doi: 10.1177/2047487313506829. Epub 2013 Sep 24

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....