Faire médecine en Roumanie : désillusion et déprime pour les étudiants français

Jacques Cofard

Auteurs et déclarations

28 avril 2015

pas des mêmes conditions de préparation.

Entre autres, ils n’ont pas accès à la plateforme pédagogique SIDES (Système Informatisé Distribué d’Évaluation en Santé), qui propose des préparations en ligne. Une pétition a été lancée [3], et un courrier adressé aux ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur. Leur réponse devrait être connue dans les tous prochains jours.

Des résultats médiocres

En attendant, les résultats à l’ECN des premiers étudiants formés en Roumanie sont médiocres. En 2013, 200 étudiants européens ont passé l’ECN, dont 22 étudiants français formés hors de la France. Le meilleur de ces candidats français formés en Europe est arrivé à la 1800e position, sur 8001 [4]. Il avait été formé au Portugal. Le premier étudiant formé à l’université de Cluj est arrivé pour sa part à la 4505e position. Bientôt, selon l’université roumaine, ce sont quelque 80 étudiants français en Roumanie qui s’inscriront à l’ECN. Un phénomène encore marginal, puisqu’il ne représente que 1% de la totalité des étudiants qui passent l’ECN.

La Sarthe en partenariat avec Cluj

Quoi qu’il en soit, en pleine crise de la démographie médicale, ces étudiants franco-roumains, considérés, parfois, avec mépris par leurs homologues formés en France, sont une aubaine pour certaines collectivités territoriales touchées de plein fouet par la pénurie de médecins généralistes. Le département de la Sarthe ne s’y est pas trompé, en signant en 2010 un partenariat avec l’université de Cluj. Objet de cet accord : l’accueil, dans 9 établissements de santé sarthois de 29 futurs médecins formés en Roumanie en 2010. Depuis, le conseil général a approfondi ce partenariat. Il offre désormais des bourses d’études à des étudiants français formés en Roumanie, d’un montant maximum de 25 200 euros, contre l’engagement de l’étudiant boursier à venir exercer cinq ans en Sarthe, en zone désertifiée. Au-delà de la Roumanie, d’autres étudiants formés ailleurs en Europe sont éligibles à ces bourses d’étude.

Aux Etats-Unis, un médecin se suicide chaque jour…
Aux Etats-Unis, un médecin se suicide chaque jour…Un triste record qu’enregistre les Etats-Unis, selon un article de Medscape Edition Internationale, publié en novembre 2014, et qui a suscité de nombreux commentaires de lecteurs [5]. A tel point que le site d’informations médicales a décidé d’ouvrir un chat sur le thème du suicide des médecins [6].
Chaque année, environ 400 médecins se suicident aux Etats-Unis. Et cette statistique, selon le Dr Michael Myers, membre de l’association américaine de psychiatrie et spécialiste de la question du suicide, serait en deçà de la réalité. L’une des causes de ce fort taux de suicide parmi les médecins (un ratio de 1,41 pour les hommes médecins et de 2,27 pour les femmes médecins par rapport à la population générale), serait la dépression latente, mal soignée [7]. La prévalence de la dépression serait plus élevée chez les étudiants en médecine (entre 15 et 30%) que chez les médecins (12% pour les hommes et 18% pour les femmes). Par ailleurs, les médecins passent plus facilement à l’acte, car ils savent comment se suicider et ont à leur portée tous les moyens létaux pour y parvenir, contrairement à la population générale.

 

REFERENCES :

  1. A Cluj, le malaise des étudiants en médecine français. Le Monde, 25 avril 2015.

  2. Médecine : les étudiants français en Roumanie réclament un traitement égalitaire. L’Express, 7 avril 2015.

  3. Pétition pour l’accès au SIDES.

  4. Faire médecine en Roumanie : que deviennent les étudiants après leur retour ? L’Etudiant, 1er octobre 2014.

  5. Physician Suicide 101: Secrets, Lies, and Solutions

  6. Physician Suicide Chat

  7. Physician Suicide

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....