Syndrome de l’intestin irritable : les traitements «complémentaires» au banc d’essai

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

9 avril 2015

thérapie non conventionnelle consiste à exercer des pressions répétée sur des points précis du pied, en considérant qu'ils sont liés à des parties du corps. La manipulation est sensée rétablir des équilibres.

Dans une étude anglaise randomisée [5], les effets de six séances de massage des pieds, avec pression sur des zones précises, ont été comparés à ceux obtenus avec des massages sans pression. « Aucune différence n'a été observée sur les symptômes ».

Hypnose: une nette amélioration des symptômes

Dans le cas de l'hypnose, les études ont rapporté « une amélioration des symptômes dans 50 à 80% des cas ». Selon le Dr Jouet, « le traitement doit être réalisé par un thérapeute ayant une expérience dans l'hypnose dirigée sur l'intestin ».

Pendant la séance, le patient est amené vers un état de conscience lui faisant ressentir « un état de bien-être général avec une sensation de chaleur sur l'abdomen et une impression de contrôle sur la motricité intestinale ». Cet état peut aussi être obtenu par le patient lui-même par autohypnose.

Une étude menée par une équipe anglaise [6] a ainsi rapporté une diminution significative des douleurs et de la distension abdominale, ainsi qu'une amélioration du transit, en comparaison avec le traitement standard.

D'autres travaux ont également montré un effet positif sur les ballonnements, ainsi que sur les troubles de l'humeur. « Les bénéfices persistent avec le temps, avec moins de consommation de soins et moins d'arrêts de travail, à un an, voire plus si le patient pratique l'autohypnose ».

« L'hypnose semble normaliser la sensibilité viscérale, a un effet sur les contractions intestinales , sur les activations cérébrales anormales », avance le Dr Jouet. Cette thérapie est désormais recommandée dans cette indication aux Etats-Unis, en Angleterre et en France.

Thérapie comportementale et méditation: des résultats positifs

Les autres thérapies comportementales « reposent sur le fait que les symptômes entrainent une peur, une anxiété, à l'origine d'une hypersensibilité aux sensations viscérales. Ce qui peut amener à des conduites d'évitement, qui aggravent les symptômes ».

Pour rompre ce cercle vicieux, des thérapies comportementales cognitives, menées en groupe ou en séance individuelle, « peuvent aider les patients à mettre en place de meilleures stratégies d'adaptation aux symptômes », précise le Dr Jouet.

Une trentaine d'études randomisées concernant ce type de séance sont recensées. Dans la majorité des cas, les effets des thérapies cognitives se sont avérés supérieurs au contrôle, « avec une amélioration du score symptomatique de plus de 60% ».

Autre thérapie potentiellement efficace : la méditation en pleine conscience (en anglais, "Mindfulness training"). Inspirée de techniques bouddhistes, « elle permet de se focaliser sur l'instant présent, sur ses sensations internes et ses perceptions », souligne le Dr Jouet.

Une récente étude [7] a pu évaluer l'effet de la méditation sur les troubles de la fonction digestive. Résultat: « les symptômes et la qualité de vie en général se sont améliorés après huit semaines de pratique ».

REFERENCES :

1. Jouet P, les traitements alternatifs dans le syndrome du traitement irritable, JFHOD, 20 mars 2015.

2. Hundscheid H, Pepels M, Engels L, Treatment of irritable bowel syndrome with osteopathy: results of a randomized study, Journal of gastroenterology and hepatology, Vol 22, issue 9, pp 1394-1398, oct 2007

3. Attali TV, Bouchoucha M, Benamouzig R, Treatment of refractory irritable bowel syndrome with visceral osteopathy: short-term and long-term results of a randomized trial, Journal of digestive diseases, Vol 14, issue 12, pp 654-661, déc 2013.

4. Manheimer E, Cheng K, Wieland LS, Acupuncture for treatment of irritable bowel syndrome, Revue Cochrane, 16 mai 2012.

5. Tovey P, A single-blind trial of reflexology for irritable bowel syndrome, British Journal of General Practice, Vol 52 (474), pp 19-23, Janvier 2002.

6. Whorwell PJ, Prior A, Faragher EB, Control trial of hypnotherapy in the treatment of severe refractory irritable-bowel syndrome, Lancet, dec 1984, 2(8414):1232-4

7. Holzel BK, Hoge EA, Greve DN, Neural mechanisms of symptoms improvements in generalized anxiety disorder following mindfulness training, Neuroimage Clinical, Vol 2, pp 448-58, 25 mars 2013.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....