POINT DE VUE

Les édulcorants sont-ils utiles? dangereux?

29 janvier 2015

Le blog du Dr Boris Hansel - Diabétologue et nutritionniste

This feature requires the newest version of Flash. You can download it here.

Il est fréquent pour les diabétiques de remplacer le sucre par un édulcorant intense. Ce terme regroupe des additifs alimentaires de nature très variée dont le point commun est le fort pouvoir sucrant (30 mg d’aspartam sucrent autant que 5 g de sucre). Ces produits font l’objet de multiples spéculations quant à leur toxicité depuis des années. On peut citer le risque de cancer, d’accouchement prématuré, de diabète, de prise de poids…

De sorte que l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire, environnement, travail) vient récemment de livrer un rapport d’expertise collective sur leur rapport bénéfice/risque.

Concernant la sécurité, les conclusions sont rassurantes. Aux doses journalières d’aspartam ingérées, rien ne permet de retenir un risque de toxicité (< 40 mg aspartam/jour).

Les experts estiment qu’aucune preuve n’indique que la consommation d’édulcorants provoque une appétence au goût sucré, notamment chez l’enfant.

Pas de preuves suffisantes, non plus, pour retenir un effet délétère sur la glycémie, l’insulinémie, le poids, ni sur le risque de prématurité.

Pas de toxicité prouvée mais pas, non plus, de bénéfice « santé » : l’Anses précise qu’on ne peut affirmer que la substitution du sucre par des édulcorants apporte un bénéfice. « A mon sens, résume le Dr Boris Hansel, les édulcorants ne sont pas des aliments santé mais ils ne sont pas, non plus, à proscrire chez le diabétique qui ne peut pas se passer de boisson sucrée ».

Auteur :

Le Dr Boris Hansel est endocrinologue-diabétologue et nutritionniste. Il est MCU-PH à l'université Paris 7 et à l'hôpital Bichat à Paris. Il exerce  dans le service de diabétologie-endocrinologie-nutrition où il est responsable de la prise en charge de l'obésité. Ses travaux de recherche concernent notamment le syndrome métabolique, les anomalies des lipoprotéines et l'épidémiologie nutritionnelle.

Déclaration d’intérêts :

Aucun.

RÉFÉRENCE

Évaluation des bénéfices et des risques nutritionnels des édulcorants intenses

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....