Flux migratoires des médecins : afflux de médecins roumains en MG et psychiatrie

Jacques Cofard

Auteurs et déclarations

8 décembre 2014

Paris, France Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) vient de rendre public une étude sur un sujet sensible, la trajectoire professionnelle des médecins nés à l'étranger. Baptisé « Les Flux migratoires et trajectoires des médecins » [1], cette enquête ne s'attache pas tant à étudier les trajectoires des médecins étrangers, que des médecins nés à l'étranger. D'ailleurs, note le CNOM au hasard de ce rapport, « 44,2% de ces médecins sont de nationalité française et 31,2% sont naturalisés français ».

La majorité est issue du Maghreb

Ces médecins sont actuellement quelque 54 168 nés hors de France, ce qui représente 19,6% de l'ensemble des médecins inscrits au tableau de l'Ordre. Sur ces 54 168 médecins, 40 354 ont une activité régulière sur le territoire. Premier enseignement de cette enquête : le gros des troupes des médecins nés à l'étranger provient essentiellement du Maghreb, et plus particulièrement de l'Algérie, les médecins nés en Europe étant largement minoritaires.

« Les médecins nés hors Union européenne représentent 75% des médecins nés dans un pays autre que la France et l'Union européenne […] Plus d'un médecin sur deux est né dans un pays du Maghreb ».

Tandis que les médecins nés en Europe ne représentent que 25% de la totalité des médecins nés à l'étranger. Ces médecins européens sont originaires principalement de Roumanie (36%), Allemagne (16,4%) et Belgique (12,7%).

Contrairement aux médecins nés hors Union européenne, qui sont dans 69% des hommes, les médecins nés en Europe sont majoritairement des femmes (55%).

La MG, principal débouché des médecins nés à l'étranger

Quoi qu'il en soit, les flux migratoires des médecins nés à l'étranger évoluent, surtout sur la période 2007-2014. Sur ce laps de temps, le nombre de médecins provenant d'Europe dépasse largement le nombre de médecins recrutés hors Europe, en particulier au Maghreb.

Il en va ainsi de la médecine générale, principal débouché des médecins nés à l'étranger. 43,5% d'entre eux exercent en effet la médecine générale. Ils sont actuellement 6 6638 médecins nés au Maghreb, contre seulement 840 généralistes nés en Roumanie. Seulement, sur la période 2007-2014, l'augmentation de MG roumains est de… 377,3%, une forte croissance « qui a une forte probabilité de continuer pour atteindre, en 2020, plus de 2700 médecins généralistes nés en Roumanie ».

Des flux migratoires spécifiques selon l’origine du pays de naissance

A noter : plus de 70% des médecins nés au Maghreb ont des diplômes français, alors que les médecins généralistes nés en Roumanie sont massivement diplômés dans leur pays de naissance (87,7%).

Le même phénomène s'observe également en psychiatrie, deuxième spécialité la plus investie par les médecins nés à l'étranger, après la médecine générale. Le tableau de l'Ordre recense 2721 médecins spécialistes en psychiatrie, dont 73% proviennent d'un pays hors Union européenne. En revanche, sur la période 2007-2014, le nombre de médecins originaires d'un pays de l'Union européenne est en croissance de 60,% contre une augmentation de 22,8% pour les médecins provenant d'un pays hors Union européenne, en particulier le Maghreb. Sans s'embarrasser d'explications géopolitiques, le CNOM note que « selon l’origine du pays de naissance, on constate des flux migratoires spécifiques. À titre d’exemple, les années 1980 sont marquées par l’arrivée massive des médecins nés en Tunisie et au Maroc alors que les années 1990 ont la particularité de dénombrer plus de médecins originaires du Liban. Les années 2000 sont marquées par une entrée plus importante des médecins originaires de Syrie ».

Pour les psychiatres nés en Europe, la prédominance va aux médecins roumains, avec 42,1% des effectifs, suivis par les Allemands (15,6%) et les Espagnols (8,7%). Quant à l'histoire des flux migratoires, le CNOM se contente de constater que « les années 1980 sont marquées par une arrivée plus importante de médecins d’origine allemande (37,2 %) », sans avancer la moindre explication.

Un chirurgien sur deux né hors de France vient du Maghreb

La troisième spécialité choisie par les médecins nés hors de France est l'anesthésie-réanimation. Ils sont 2686 à avoir choisi cette spécialité, et représente ainsi 26,8% des effectifs en anesthésie-réanimation. Là encore, les médecins nés hors de l'Union européenne sont majoritaires, mais ils sont concurrencés, sur la période 2007-2014, par les médecins européens, dont les effectifs sont en hausse de 81,5%, contre une poussée de 32,2% pour les médecins nés hors de l'Europe. On observe le même phénomène en imagerie médicale, ou les médecins nés hors de France représentent 26,5% des effectifs.

En chirurgie, les médecins nés hors de France représentent 25,5% des effectifs. Ils sont au nombre de 6056 et devrait compter 7000 médecins en 2020. Ces médecins nés hors de France sont aussi majoritairement extra-européens (72%) et « un chirurgien sur deux né hors de France est originaire du Maghreb et plus particulièrement d'Algérie ». Sur la période 2007-2014, « on constate une hausse des effectifs des médecins originaires d'un pays de l'Union européenne et une baisse des effectifs des chirurgiens originaires d'un pays hors Union européenne ».

Beaucoup de salariat et peu de libéral

Avec regret, le CNOM note que l'arrivée de ces médecins étrangers n'arrive pas à résoudre la problématique de l'accessibilité aux soins de premier recours, car 62,5% « de ces médecins choisissent l'exercice salarié […] à titre d'exemple, en Picardie, où l'offre de soins de premier recours et en accès direct est en tension, 83% des diplômés extra-européens, choisissent le salariat. En Ile-de-France, région elle aussi en tension démographique pour la médecine générale, seulement 23% d'entre eux exercent en libéral ». À l'instar de leurs confrères et consœurs français, les médecins nés hors de France s'installent de préférence dans les régions attractives, (Ile-de-France, Paca, Rhône-Alpes), délaissant les zones désertifiées, souvent rurales.

 

REFERENCE :

  1. CNOM. Les flux migratoires et trajectoires des médecins.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....