Dengue : le vaccin de Sanofi Pasteur passe la phase III avec succès

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

9 septembre 2014

Lyon, France – Sanofi Pasteur annonce des résultats positifs d’un candidat vaccin contre la dengue dans un essai de phase III mené en Amérique latine [1]. Cette annonce fait suite à un premier communiqué, en juillet dernier, signalant les résultats également favorable d’une première phase III menée, elle, en Asie [2].

Du côté des autorités de santé, Marisol Touraine salue « une avancée majeure dans le traitement de la dengue », et « se réjouit de la confirmation de l’efficacité du candidat vaccin de Sanofi Pasteur pour le traitement de toutes les formes de la dengue » [3].

Le communiqué du Ministère relève par ailleurs que ces résultats sont « une première médicale », puisque « le vaccin de Sanofi Pasteur est le premier vaccin efficace contre les quatre sérotypes du virus responsable de la dengue ».

De son côté, Sanofi Pasteur rappelle être engagé « sur un vaccin contre la dengue depuis plus de 20 ans, et indique que « l’objectif de l’entreprise est de faire de la dengue la prochaine maladie évitable par la vaccination ».

La vaccination contre la dengue

En 2012, l’OMS annoncait l’objectif d’une réduction de 50% de la mortalité et de 25% de la morbidité dues à la dengue d’ici 2020 [4].

Une vaccination pourrait bien sûr contribuer à cet objectif.

Une synthèse due à John T. Roehrig (expert du Center For Disease Control), et mise en ligne sur le site de l’OMS [5], dénombrait en avril 2013 cinq candidats vaccins tétravalents contre la dengue, tous des vaccins vivants atténués :

- le vaccin de Sanofi Pasteur (CYD-TDV™), qui était alors déjà en phase III en Asie et en Amérique latine ;

- les vaccins d’Inviragen (DENVax ™) et du NIH (TV003), qui étaient en phase II ;

- enfin, les vaccins de GSK (DPIV : dengue purified inactivated vaccine) et de Merck (DEN2-80E protein), qui étaient en phase I.

Deux autres candidats vaccins, développés respectivement par la Mahidol University, en Thailande, et le Walter Reed Army Institute of Research américain, ont, eux, été abandonnés.

Le document rappelle également les quatre défis auxquels la vaccination est confrontée :

- l’infection par un sérotype ne confère de protection durable que contre les réinfections par un sérotype homotypique ;

- une infection hétérotypique secondaire est associée à un risque accru de sévérité du fait de l’hyper-réactivité immunitaire. C’est la raison pour laquelle l’OMS recommande des durées de suivi plus longues, allant jusqu’à la régression de l’immunité vaccinale ;

- les vaccins tétravalents visent à conférer une protection à long terme vis à vis des quatre sérotypes, ce qui réduit le risque d’hyper-réactivité, mais complique les analyses sérologiques des sujets vaccinés et des cas émergents ;

- En l’absence de modèle animal adéquat, il est difficile d’évaluer à quoi sera corrélée la protection, et l’évaluation de celle-ci ne pourra provenir que d’essais cliniques.

 

Deux phases III en Asie et en Amérique latine

L’essai mené en Asie (Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande et Vietnam), publié voici quelques semaines dans le Lancet [6], a été menée chez 10 275 enfants âgés de 2 à 14 ans, randomisés selon un ratio 2:1 pour recevoir trois injections vaccinales ou trois injections placebo à t0, puis à 6 et 12 mois. Les taux d’infections virologiquement confirmés, à partir du 28ème jour après la troisième injection, et jusqu’à 25 mois, ont été réduits de 56% parmi les sujets vaccinés. « Un bon profil de sécurité » du vaccin est par ailleurs signalé par les auteurs.

Le second essai de phase III, a été mené selon un protocole analogue, chez 20 875 enfants âgés de 9 à 16 ans, vivant en zone d’endémie au Brésil, en Colombie, au Mexique, au Honduras et à Porto-Rico. Les résultats, non encore publiés, montrent une réduction de 60,8% des cas de dengue (IC95% [52%-68%]), ainsi qu’une efficacité contre chacun des quatre sérotypes (ST1 : 50,3% ; ST2 : 42,3% ; ST3 : 74,0% ; ST4 : 77,7%).

Le communiqué de Sanofi Pasteur signale également une réduction de 80,3% [64,7%-89,5%] du risque d’hospitalisation due à la dengue durant la durée de l’étude, ainsi qu’une « efficacité contre les cas de dengue hémorragique ».

Enfin, comme dans les phases I, II et la phase III menée en Asie, aucun signal de sécurité n’est apparu dans l’étude latino-américaine.

Les résultats complets devraient être publiés, et présentés à la conférence annuelle de l’ American Society of Tropical Medicine and Hygiene (La Nouvelle-Orléans, 2-6 novembre 2014).

Selon Olivier Charmeil, Président Directeur Général de Sanofi Pasteur, ces données de recherche clinique seront « soumises aux autorités de santé dans les pays où la dengue est une priorité de santé publique ». Des demandes d’AMM pourraient être déposées courant 2015.

 

REFERENCES :

1 Le candidat vaccin dengue développé par Sanofi Pasteur passe avec succès la dernière étape de l’étude d’efficacité clinique de phase III conduite en Amérique latine . Communqué de presse de Sanofi Pasteur du 3 septembre 2014.

2- Marisol Touraine salue une avancée majeure dans le traitement de la dengue . Communiqué du Ministère de la santé du 5 septembre 2014.

3- Pour la première fois, un candidat vaccin dengue démontre son efficacité contre la dengue et la dengue hémorragique en Asie . Communiqué de presse de Sanofi Pasteur du 11 juillet 2014

4- Organisation mondiale de la Santé (OMS). Global Strategy for dengue prevention and control 2012-2020 .

5- Roehrig J.T. Current status of dengue vaccine development. SAGE/Immunization Meeting, avril 2013.

6 – Capeding MR, Ngoc Huu Tran, Rezeki S et coll. Clinical efficacy and safety of a novel tetravalent dengue vaccine in healthy children in Asia: a phase 3, randomised, observer-masked, placebo-controlled trial . Lancet 2014 ; doi:10.1016/S0140-6736(14)61060-6.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....