Les biotechs françaises vont chercher de l’argent à New-York

Christine Murris

Auteurs et déclarations

2 juillet 2014

Paris, France – Les entreprises de biotechnologies françaises sont à l’origine d’avancées thérapeutiques majeures. Mais elles souffrent d’une pénurie chronique de financements. D’où l’initiative de France Biotechs, l’association qui les réunit : elle vient d’organiser à New York les 25 et 26 juin les tout premiers Life Sciences Days. Objectif : présenter un front uni et solide aux investisseurs américains pour les convaincre de miser sur les biotechs françaises.

Aider les biotechs à dépasser le stade de l’amorçage...

Passée la phase d’amorçage, relativement accessible – de nombreuses aides à la création et aux premières étapes existent –, le développement devient difficile et nombre d’entreprises se retrouvent « coincées » car leur accès aux financements est très réduit. D’où les exemples trop nombreux de start-ups obligées de se vendre à des entreprises concurrentes plus solides faute de trouver les financements nécessaires à leur développement. Des investisseurs qui, ensuite, délocalisent parfois leurs labos sous d’autres latitudes... Indicateur significatif de cette difficulté à perdurer : au sein de France Biotech, 80% des 150 entreprises membres ont moins de dix ans.

C’est à cette fragilité constante – et dangereuse – que France Biotech, l’association des entrepreneurs des sciences de la vie, entend répondre en organisant les tout premiers French life sciences days à New-York. Lors de cet évènement, les sociétés françaises cotées en bourse, accompagnées de toute une série de « parrains » représentatifs de la place de Paris – analystes, « brokers », auditeurs, banquiers, avocats... – se présentent devant les fonds d’investissements spécialisés nord-américains. Objectif : leur montrer qu’ils sont en présence d’un écosystème scientifique et financier performant et solide et qu’il est donc pertinent de parier sur lui... « Se présenter en nombre renforcera leur volonté d’investir durablement dans nos sociétés. Le moment est très favorable », affirme Pierre-Olivier Goineau, président de France Biotech. « A nous d’en tirer parti... »

 

Les sociétés françaises de biotechnologies ont le vent en poupe

Les sociétés françaises de biotechnologies n’ont jamais autant fait parler d’elles. Qui ne connaît pas aujourd’hui la société Carmat , qui a créé le cœur artificiel le plus avancé du monde ? Ou DBV-Technologies, une entreprise qui a mis au point une approche de désensibilisation par voie épicutanée (patch) pour les allergies alimentaires. Un problème croissant qui concerneraient de 16 à 26 millions de personnes en Europe.

D’autres, moins connues du grand public, sont très prometteuses. C’est vrai de Néovacs qui s’est spécialisée dans le développement de vaccins thérapeutiques pour le traitement des maladies auto-immunes et inflammatoires chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Crohn, ou encore de Transgene, une société basée à Strasbourg qui conçoit, développe et fabrique des produits d’immunothérapie ciblée contre les cancers et les maladies infectieuses.

 

Réformer le statut de la Jeune entreprise innovante (JEI)

Autre solution préconisée par France Biotech : affecter au financement des entreprises des sciences de la vie la part des contrats d’assurance-vie en déshérence, un « trésor de guerre » que l’association chiffre à quelque 5 milliards d’euros !

Enfin, l’association voudrait voir réformer le statut de la Jeune société innovante (JEI), pour qu’il tienne davantage compte des « cycles longs » propres aux entreprises de la santé. Le dispositif, qui dure aujourd’hui huit années pour les entreprises investissant 15% de leur budget en R&D pourrait s’allonger à 10% pour celles qui investissent 25%, ou encore à 12% pour celles qui consacrent 35% de leur budget à la recherche.

Des chiffres qui pourraient correspondre davantage aux réalités des start-ups des biotechnologies.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....