Cancer du sein ER+ : l'obésité majore le risque de récidive en pré-ménopause

Stéphanie Lavaud avec Roxanne Nelson

Auteurs et déclarations

27 juin 2014

Chicago, Etats-Unis – Les résultats d’une étude britannique portant sur une très large cohorte montre que l’obésité est un facteur de mauvais pronostic – augmentant le taux de récidive et de mortalité – des femmes atteintes d’un cancer du sein hormono-dépendant (ER positives). Fait notable : cette association négative n’est pas retrouvée chez les femmes ménopausées, ni chez les femmes ER négatives. Ce travail a fait l’objet d’une présentation au congrès de l’ ASCO 2014 par le Dr Hongchao Pan de l’Université d’Oxford (RU) [1]. Celui-ci a d’ailleurs précisé que « l’obésité augmente d’un tiers le risque de récidive dans les 10 ans. »

Des résultats surprenants

Dans la cohorte de 80 000 femmes issues de 70 essais cliniques, 40 000 étaient ménopausées et 20 000 étaient ER-. Toutes ont été suivies 8 ans en moyenne et différents paramètres ont été mesurés : index de masse corporelle, statut ménopausique, expression des récepteurs hormonaux, âge récidive, décès, taille de la tumeur, nodules.

L’étude a montré que le taux de mortalité par cancer du sein était de 21,5% à 10 ans chez les femmes obèses (index de masse corporelle, IMC, de 30 kg/m 2 ou plus) chez les femmes pré-ménopausées ER+ versus 16,6% chez les femmes pré-ménopausées ER+ de corpulence « normale » (IMC entre 20 and 25 kg/ m2) (2p < 0,00001). Par ailleurs, le taux de mortalité par cancer du sein était d’autant plus élevé que l’IMC l’était lui aussi.

Des résultats surprenants, selon les chercheurs, qui s’attendaient plutôt à trouver une corrélation entre obésité et femmes ER+ post-ménopausées. De nombreuses études ont en effet précédemment montré que le risque de développer un cancer du sein est augmenté chez les femmes obèses ménopausées, mais pas chez les femmes en préménopause suggérant que l’obésité ne soit un facteur de risque qu’en milieu pauvre en œstrogènes.

En réalité, parmi les 40 000 femmes post-ménopausées avec un cancer ER+, seules celles avec un IMC de 40 kg/m2 ou plus, étaient susceptibles d’avoir un taux de mortalité lié à leur cancer plus élevé. Une faible augmentation de risque a été observée dans le groupe de patientes ER- avec un IMC de 40 kg/m2 ou plus.

Dans une sous-analyse chez les femmes âgées de 45 à 54 ans et ER+, les femmes préménopausées avaient un taux de mortalité de 1,34 (1,17-1,55) versus 1,08 (0,91-1,28) pour les femmes post-ménopausées, « suggérant, pour un statut hormonal donné, un effet de l’obésité, indépendant de l’âge » indique le Dr Pan, tout en sachant que le type de traitement reçu n’a pas influencé le taux de mortalité.

Des biais à prendre en compte

Le lien entre l’obésité et un plus mauvais pronostic chez les femmes atteintes d’un cancer du sein n’est quant à lui pas vraiment une surprise, plusieurs études l’ont déjà démontré [2,3]. « Il est probable que le poids corporel affecte la biologie de la tumeur, en termes de prolifération, d’angiogenèse augmentée, de survie cellulaire, a indiqué le Pr Sharon H. Giordano (The University of Texas MD Anderson Cancer Center) dans un commentaire de l’étude. En dépit de l’intérêt de l’étude, menée sur une grande échelle, la spécialiste pointe quelques biais. « Les patients sont souvent sous-dosés en chimiothérapie, car les doses sont souvent calculées sur la base d’une surface corporelle théorique plutôt qu’en fonction de la surface corporelle réelle. Le sous-dosage en chimiothérapie a déjà été associée à des résultats moindres en termes de survie » a indiqué le Pr Giordano

La non-randomisation de l’étude est, elle aussi, de nature à contribuer à un déséquilibre. De plus, les auteurs n’ont procédé à aucun ajustement sur des critères ethniques, susceptibles d’affecter le métabolisme et d’influer sur l’efficacité des traitements.

En outre, un biais de sélection n’est pas à exclure puisque les participantes étaient plus jeunes, mieux éduquées et en meilleure santé que la population générale. En témoigne, signale le Pr Giordano, le taux d’obésité dans cette population qui était de 23% versus 34 %, respectivement.

Perdre du poids dans un but thérapeutique oncologique ?

S’il est probablement prématuré d’imposer aux patientes des programmes de perte pondérale dans un but thérapeutique oncologique, les choses pourraient changer. « Bien que l’étude n’ait pas été dessinée à cette intention, il sera important de déterminer si des interventions destinées à aider les patients à perdre du poids après le diagnostic pourraient avoir des effets sur l’évolution de la maladie » a affirmé le Pr Giordano.

En attendant, le Dr Heather Han, oncologue médicale (Center for Women's Oncology, H. Lee Moffitt Cancer Center, Tampa, Floride) interrogée par l’édition internationale de Medscape affirme que « conseiller à toutes nos patientes, indépendamment de leur âge et de leur pathologie, d’adopter une alimentation équilibrée, des activités physiques régulières et d’obtenir un IMC «normal» ne peut qu’être profitable pour leur santé globale ». Consciente que cela est plus facile à dire qu’à faire, elle avance un nouvel argument : si nous leur disons que perdre du poids peut se révéler être « aussi efficace que la chimiothérapie, elles seront peut-être plus motivées. »

 

L’étude a été financée par le UK Medical Research Council, Cancer Research UK, et la British Heart Foundation. Les auteurs ont déclaré n’avoir aucun lien d’intérêt.

Cet article a fait l’objet d’une publication sur medscape.com

 

REFERENCES :

  1. American Society of Clinical Oncology (ASCO) 2014 . Obesity Contributes to Higher Mortality among Premenopausal Women with ER+ Breast Cancer. Abstract 503, 2 juin 2014.

  2. Sparano JA, Wang M, Zhao F, et al. Obesity at diagnosis is associated with inferior outcomes in hormone receptor-positive operable breast cancer, Cancer, Volume 118, Issue 23, pages 5937–5946, 1 December 2012.

  3. Ewertz M, Jensen MB, Gunnarsdottir KA, et al.Effect of Obesity on Prognosis After Early-Stage Breast Cancer. JCO November 29, 2010 JCO.2010.29.7614

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....