Méta-analyse sur l’usage thérapeutique du cannabis en neurologie

Aude Lecrubier, Susan Jeffrey

Auteurs et déclarations

13 mai 2014

Philadelphie, Etats-Unis –     Une revue de la littérature de l’American Academy of Neurology (AAN) confirme que certaines formes de cannabis à usage thérapeutique     pourraient soulager les symptômes de spasticité et la douleur dans la sclérose en plaques.

En revanche, la marijuana ne semble pas efficace dans la prise en charge des dyskinésies liées à la lévodopa dans la maladie de Parkinson et les données sont insuffisantes pour tirer des conclusions dans la maladie de Huntington, le syndrome de la Tourette, la dystonie cervicale et     l’épilepsie.

Les résultats ont été présentés lors du 66 eme congrès annuel de l’AAN et publiés le 28 avril dans la revue    Neurology [1].

Pour le premier auteur, le Dr Barbara S Koppel (New York Medical College, Etats-Unis), cette revue de la littérature a pour objectif     d’aider les neurologues et les patients à mieux appréhender l’état des connaissances sur l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques en neurologie : « La     revue de l’ANN souligne également la nécessité de réaliser plus d’études de qualité sur l’efficacité et la sécurité à long terme de cet usage du cannabis     dans les maladies neurologiques. »

 
En conclusion, il y a une place pour le cannabis, mais il faut réaliser plus de travaux pour déterminer quelles seront exactement ses indications -- Dr     Koppel
 

« En conclusion, il y a une place pour le cannabis, mais il faut réaliser plus de travaux pour déterminer quelles seront exactement ses indications », a     indiqué le Dr Koppel lors d’une conférence de presse.

« Les cannabinoïdes devraient être étudiés comme les autres drogues pour évaluer leur efficacité et lorsqu’il y a des preuves, ils devraient être prescrits au même titre que les autres substances actives. Aux Etats-Unis, 21 états et le district de Columbia ont légalisé l’usage thérapeutique du cannabis et 2 ont interdit     toute consommation. Cela devrait encourager les médecins à poursuivre leurs recherches sur l’usage thérapeutique du cannabis chez les patients atteints de     maladies neurologiques », indiquent les auteurs.

Des bénéfices dans la sclérose en plaques

Dans leur méta-analyse, les chercheurs ont sélectionné les études évaluant l’impact du cannabis sur le traitement des symptômes de la sclérose en plaques,     de l’épilepsie, et des troubles du mouvement de 1948 à 2013. Ils ont finalement colligé les données de 34 études répondant à leurs critères.

En règle générale, le cannabis était utilisé lorsque le traitement de référence n’était pas efficace et la poursuite du traitement classique était     autorisée dans toutes les études.

Principaux résultats de la méta-analyse

           

 

           
           

Extrait de cannabis oraux

           
           

Nabiximols (spray Sativex®*, GW Pharmaceuticals)

           
           

THC Comprimé de dronabinol (Marinol, Solvay)* *

           
           

Sclérose en plaques

           

Spasticité : évaluations subjectives

           
           

Efficace

           
           

Probablement efficace

           
           

Probablement efficace

           
           

Spasticité : évaluations objectives

           
           

-

           
           

Probablement efficace

           
           

Probablement efficace

           
           

Douleur centrale et spasmes douloureux (hors douleurs neuropathiques)

           
           

Efficace

           
           

Probablement efficace

           
           

Probablement efficace

           
           

Troubles urinaires (diminution du nombre de mictions)

           
           

Probablement inefficace

           
           

Probablement efficace

           
           

Probablement inefficace

           
           

Tremblements

           
           

Probablement inefficace

           
           

Possiblement inefficace

           
           

Probablement inefficace

           
           

Dyskinésies parkinsonniennes

           
           

Probablement inefficace

           
           

-

           
           

-

           
           

Maladie de Huntington (hors mouvements de type « chorée »)

           
           

Efficacité inconnue

           
           

-

           
           

-

           
           

Tics dans le syndrome de la Tourette

           
           

Efficacité inconnue

           
           

-

           
           

-

           
           

Epilepsie

           

Dystonie cervicale et fréquence des crises

           
           

Efficacité inconnue

           
           

--

           
           

-

           

*Le 8 janvier 2014, le spray Sativex® a obtenu une AMM, en France, dans la sclérose en plaques pour le traitement des contractures sévères, résistantes aux     autres traitements.**Marinol n'est pas commercialisé en France mais est autorisé aux Etats-Unis.

Les effets secondaires : 1% de troubles psychologiques graves

Parmi les effets secondaires associés à l’usage thérapeutique du cannabis dans au moins 2 études, les auteurs ont rapporté des nausées, de la fatigue, une     fatigue accrue, des troubles du comportement et de l’humeur, des idées suicidaires ou des hallucinations, des étourdissements ou des malaises vagaux, des     évanouissements et des sensations d’intoxication. En outre, deux cas de convulsions ont été rapportés et dans l’un d’entre eux, les convulsions ont été     suivies d’une pneumonie par aspiration, possiblement associée au traitement, qui a été fatale.

 
Les changements d’humeur et les idées suicidaires sont un important sujet de préoccupation Dr Koppel
 

« Les changements d’humeur et les idées suicidaires sont un important sujet de préoccupation lorsque le traitement est utilisé chez des patients qui ont     une maladie neurologique comme la sclérose en plaques ou la maladie de Parkinson parce qu’ils ont un risque accru de dépression et de suicide », a souligné     le Dr Koppel.

Les études montrent que le risque de troubles psychologiques graves est de 1%.

En conclusion, le Dr Koppel rappelle que les produits utilisés dans les essais sont bien contrôlés et que les conclusions de la revue de la littérature ne     peuvent s’appliquer, a priori, au cannabis vendu dans la rue.

 

Ce sujet a fait l'objet d'une publication dans Medscape.com

L’étude a été conçue et financée par l’AAN. Les auteurs n’ont pas de liens d’intérêts en rapport avec le sujet.

 

REFERENCES :

1.Koppel BS, Brust JC, Fife T et coll.             Systematic review: Efficacy and safety of medical marijuana in selected neurologic disorders: Report of the Guideline Development Subcommittee of the         American Academy of Neurology.         Neurology. 2014 Apr 29;82(17):1556-63.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....