Mélanome avancé: vers une AMM européenne pour le trametinib

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

2 mai 2014

Londres, Royaume-Uni -- Le Mekinist® (trametinib, GlaxoSmithKline), nouvel anticancéreux à l’étude dans le mélanome métastatique ou non résécable avec mutation BRAF V600, a reçu un avis favorable du comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l' Agence Européenne du Médicament (EMA) [1]. Il s’agit du premier inhibiteur de la protéine kinase MEK (Mitogen-activated Extracellular-signal-regulated Kinase) à être recommandé contre le mélanome à un stade avancé en Europe chez l’adulte. La molécule a déjà obtenu une AMM aux Etats-Unis en mai dernier.

« Chaque année, sur le vieux continent, 60 000 nouveaux mélanomes sont diagnostiqués et tuent 16 000 personnes », a rappelé l’EMA.

Mais, depuis quelques années, les thérapies ciblées ont révolutionné la prise en charge des mélanomes non résécables ou métastatiques. L’anticorps monoclonal ipilimumab (Yervoy®, Bristol-Myers Squibb) qui permet aux lymphocytes T de s’attaquer aux cellules cancéreuses a reçu une AMM en deuxième ligne en 2011 et en première ligne fin 2013. De même, le vémurafénib (Zelboraf®, Roche) et le dabrafénib (Tafinlar®, GlaxoSmithKline) qui ciblent les protéines kinases BRAF porteuses de mutations génétiques en position 600 ont reçu des AMM européennes en 2012 et 2013, respectivement.

Mekinist® pourrait bien être la quatrième thérapie ciblée à être autorisée en Europe contre le mélanome à un stade avancé.

Quel mécanisme d’action ?

La protéine kinase BRAF active une autre kinase appelée MEK. Or, Mekinist® inhibe la kinase MEK et donc l’effet des mutations BRAF qui sont responsables de la fabrication de protéines anormales qui favorisent la croissance tumorale.

Des mutations sur les protéines kinases BRAF ont été identifiées chez les patients atteints de mélanome métastatique dans près de la moitié des cas et la mutation BRAF V600 a été observée pour 80 à 90% d’entre elles.

 

Dans l’essai pivot METRIC réalisé chez des patients atteints de mélanomes non résécables ou métastatiques porteurs de mutations BRAF V600, Mekinist® a montré qu’il était plus efficace que les chimiothérapies. En outre, ses résultats en termes de survie sans progression et de survie globale étaient comparables à ceux observés auparavant avec les inhibiteurs de BRAF.

Le trametinib a réduit le risque de progression de la maladie de 56%, augmenté la survie sans progression à 4,8 mois vs 1,4 mois pour la chimiothérapie et diminué la mortalité de 46% par rapport à la chimiothérapie.

En revanche, les taux de réponse globale étaient moindres vs les inhibiteurs de BRAF.

Les effets secondaires les plus sévères des patients recevant le trametinib sont : l'insuffisance cardiaque, l'inflammation des poumons, les infections cutanées et la perte de la vision. Les effets indésirables les plus fréquents sont les éruptions cutanées, la diarrhée, les œdèmes périphériques et des lésions cutanées ressemblant à de l'acné.

En outre, les femmes en âge de procréer devraient être informées que le trametinib peut potentiellement être foetotoxiques. Les hommes et les femmes devraient également être prévenus que le médicament peut provoquer une infertilité.

L'intérêt de l’association du dabrafenib et du trametinib pour améliorer et prolonger l’efficacité des deux molécules est actuellement à l’étude.

Référence
  1. Communiqué EMA. European Medicines Agency recommends approval of Mekinist for the treatment of melanoma. First MEK inhibitor to receive a positive opinion in the EU. 25 avril 2014.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....