Grippes aviaires et porcines : faut-il craindre une pandémie ?

13 août 2013

Dans cet article

Mécanismes d'apparition des grippes aviaires et porcines

Pour provoquer une pandémie, un virus de la grippe doit réunir deux caractéristiques :

- passer d'un animal (oiseau ou porc) directement à l'homme,
- être ensuite capable de passer de l'homme à l'homme.

Seul le virus A de la grippe peut infecter plusieurs espèces : il est donc le seul à être à l'origine de pandémies. Actuellement, les grippes aviaires qui circulent (H5N1 et H7N9) ne semblent pas (ou peu) aptes à se transmettre de l'homme à l'homme, ce qui en limite l'extension.

Figure 1

Différence entre pandémies et épidémies

A gauche, la pandémie : elle provient du passage direct du virus de la grippe A animal à l'homme. La pandémie grippale commence par un virus de la grippe A, qui peut infecter plusieurs espèces, et dont une souche va "passer" de l'animal à l'homme. Ce nouveau virus, très différent des souches antérieures, va être inconnu du système immunitaire humain. Sur le plan individuel, ces virus donnent souvent une pathologie respiratoire sévère, voire létale. Cela correspond aux tableaux cliniques rapportés dans les médias de syndrome de détresse respiratoire. Contrairement à la grippe porcine (H1N1) de 2009, les grippes aviaires (H5N1 et H7N9) semblent (pour l'instant) incapables de passer de l'homme à l'homme, c'est ce qui en limite l'extension.

À droite, rappel du mécanisme des épidémies : l'épidémie provient de la circulation de virus de la grippe (A, B, ou rarement C) de l'homme à l'homme. D'une année à l'autre, ces virus mutent légèrement et sont moins bien reconnus par le système immunitaire, ce qui leur permet de réinfecter les sujets. Lorsqu'un virus pandémique recircule les années suivantes (il est alors « connu » du système immunitaire, il devient épidémique.

Mécanismes de naissance des 4 pandémies

Les trois premières pandémies sont issues du passage d'un virus aviaire à l'homme, comme décrit dans la figure 2.

Figure 2

Mécanismes des pandémies aviaires du 20e siècle

La première pandémie a été celle de la grippe espagnole en 1918 qui toucha 1 milliard de personnes et fît 40 millions de morts. Sa particularité était que le virus de la grippe aviaire A, H1N1 est passé directement à l'homme (pour devenir un virus de la grippe A H1N1 humain d'origine aviaire).

Les autres pandémies seront le fruit de recombinaisons entre un virus aviaire et un virus humain qui donneront un virus hybride muté dont les caractéristiques permettent une pandémie :

- aptitude à se fixer à l'épithélium respiratoire humain : avec la bonne hémagglutinine, qui permet la fixation du virus à l'épithélium,
- capacité à se développer dans l'épithélium puis à diffuser dans l'organisme
- et de garder la capacité d'infection inter-humaine du virus humain parent d'origine (nécessaire à la propagation de l'infection).

La dernière pandémie en date et première pandémie grippale du 21e siècle provient toujours d'un passage du virus grippal A de l'animal à l'homme, mais cette fois du porc à l'homme : c'est la grippe porcine H1N1 de 2009 (figure 3).

Figure 3

Mécanisme de la pandémie porcine de 2009

La physiopathologie de cette pandémie fait appel cette fois-ci non pas à deux, mais à trois acteurs : le porc, l'oiseau et l'homme. Le virus responsable est toujours le virus de la grippe A. C'est le porc qui va transmettre un virus H1N1 "humanisé" après recombinaison avec le virus circulant chez l'homme (H3N2, provenant de la dernière pandémie). La recombinaison a lieu chez le porc, qui peut être infecté par les souches humaines, aviaires et porcines en même temps. Ce virus chimère a la capacité de se transmettre ensuite en inter-humain.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....