L'essentiel sur la grippe

6 novembre 2013

Dans cet article

Complications

Complications  de la grippe saisonnière
La   pneumopathie virale grippale est caractérisée par une toux  suivie d'une  dyspnée,  puis l'apparition d'une cyanose. La radio du  thorax va  montrer un infiltrat  bilatéral dont l'aspect radiologique et  les  caractéristiques cliniques vont  mimer en tout point un syndrome de   détresse respiratoire aiguë de l'adulte  (SDRA). Le risque de développer   une pneumopathie virale résulte d'une réponse  complexe impliquant le   système immunitaire d'une part et les caractéristiques  du virus  d'autre  part. Les sujets âgés, particulièrement les sujets dépendants   en  institution, ainsi que ceux ayant des comorbidités cardiovasculaires    constituent habituellement le groupe le plus à risque de la grippe   saisonnière.  Quoi qu'il en soit, selon les sous-types de virus, les   groupes les plus à  risques peuvent varier, comme par exemple au cours   de la pandémie de 1918 où  les sujets jeunes étaient préférentiellement   atteints.

Les  pneumopathies bactériennes secondaires peuvent-être liées à de nombreuses  bactéries : staphylocoque doré, Streptococcus  pneumoniae, Haemophilus influenzae.    La complication la plus redoutée reste la pneumopathie   staphylococcique. Celle-ci  se développe 2 à 3 jours après le tableau   initial de pneumopathie virale. Les  patients apparaissent d'emblée   sévères, avec une hypoxie marquée, une franche  hyperleucocytose à   polynucléaire neutrophiles. Ils vont présenter une  toux productive   teintée de sang. La radio du thorax  révélera des infiltrats multiples   excavés. Il peut s'agir de staphylocoques  sensibles ou résistants à la   méticilline, producteurs ou non de toxine de  Panton-Valentine (rare en   France).

Contrairement  à la pneumonie à staphylocoque doré, les pneumonies à pneumocoque et Haemophilus   surviennent généralement  plus tard, entre 2 et 3 semaines après le   début des symptômes, et peuvent être  traitées en ambulatoire selon les   mêmes modalités et recommandations de prise  en charge qu'une   pneumopathie aiguë communautaire, avec une antibiothérapie  standard.
La  myosite est une complication rare de l'infection virale, bien  que  les symptômes  musculaires de type myalgie soient fréquents. Ce  groupe  particulier de patients  qui développent une myosite, va  présenter une  franche rhabdomyolyse, avec une  augmentation de la  créatine  phospho-kinase (CPK) et une myoglobinurie. On a  également  observé des  infections grippales associées à des myocardites et des   péricardites.

Spécificité  de H1N1
Il  est à noter que les femmes enceintes au 3e trimestre  sont  particulièrement à  risque de développer des pneumopathies virales  lors  d'une grippe H1N1, de même  que les sujets obèses avec un IMC >  40.  Ces deux populations ont été  identifiées durant la pandémie H1N1 et   ont conduit à des  recommandations vaccinales particulières .
Comparativement  aux autres sous-types de grippe, l'infection H1N1  est  plus fréquemment associée  à des bactériémies staphylocoque doré ou   staphylocoque pyogène chez l'enfant et  chez l'adulte. Toutefois, la   plus forte augmentation de bactériémie a été  observée chez l'enfant   avec une augmentation franche de la bactériémie à  streptocoque   pneumoniae.[35]

Spécificité  de la grippe aviaire
Une  revue sur la grippe aviaire, réalisée à partir de l'ensemble  des  cas publiés  dans 4 pays, montre que l'état clinique va progresser  vers  un SDRA, puis une  insuffisance respiratoire chez 70 à 100 % des   patients.[32] Le délai moyen avant le  développement un SDRA est de 6   jours. La présence d'une lymphopénie au moment  de l'admission en   hospitalisation est un indice pronostique de la progression  vers le   SDRA et le décès.[36] Enfin, le nombre de cas  d'infection par la grippe   aviaire qui vont progresser vers la défaillance multi-viscérale  est   beaucoup plus important que pour les autres grippes. Dans une étude    concernant 12 patients hospitalisés pour une grippe H5N1 confirmée, 75 %    d'entre eux ont évolué vers l'insuffisance respiratoire aiguë, 42 %   vers  l'insuffisance cardiaque et 33 % présentaient également une   insuffisance rénale  aiguë.[32]

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....