E-cigarette : nettement moins dangereuse que la cigarette mais addictogène

29 mai 2013

Dans cet article

symptôme fréquent chez les utilisateurs d'e-cigarette, elle aurait souvent un point de départ ORL et non bronchique comme avec le tabac et pourrait s'expliquer par l'augmentation de la toux durant les premières semaines du passage de la cigarette a l'e-cigarette, comme lors de l'arrêt du tabac.

Enfin, en dehors du risque de dépendance à la nicotine, il n'est pas connu à ce jour d'autres effets neurologiques de l'e-cigarette.

Pour conclure sur ce chapitre, les experts notent qu'il est « clairement démontré que les cancérogènes sont responsables des cancers liés au tabagisme, que le monoxyde de carbone et les particules fines sont les deux vecteurs majeurs de la toxicité cardio-vasculaire de la fumée des cigarettes, que les particules solides jouent un rôle important dans la survenue de la BPCO. Il est tout aussi démontré que ces trois produits n'existent pas à des taux significatifs dans la « vapeur » des e-cigarettes. Il est donc logique d'attendre une réduction de ces trois risques chez les fumeurs de tabac qui passent à l'e-cigarette, mais ces faits restent à démontrer. »

Les effets de l'e-cigarette sur les dents, la peau, les cheveux, l'haleine n'ont pas été étudiés.

Concernant les effets à long terme, en l'absence d'études scientifiques précises sur une utilisation supérieure à 6 mois de l'e-cigarette, les experts recommandent la vigilance en ce qui concerne son utilisation prolongée.

Le principal problème : la nicotine

Le pouvoir addictif de l'e-cigarette n'est pas connu à ce jour du fait du manque d'études, mais on sait que la nicotine est addictive. « Certains utilisateurs décrivent un besoin d'e-cigarette identique à celui de la cigarette », notent les auteurs du rapport.

Avec l'e-cigarette et la cigarette, la nicotine est délivrée rapidement ou très rapidement au cerveau. Ainsi, «  les e-cigarettes modernes sont capables de délivrer en moins de 5 minutes des quantités de nicotine du même ordre de grandeur que les cigarettes, ce que ne faisaient pas les e-cigarettes disponibles en 2010. »

« Dans l'état actuel des connaissances, la vitesse d'apparition de la nicotine dans le sang obtenue avec l'e-cigarette est intermédiaire entre celle obtenue avec des cigarettes de tabac et celle obtenue avec les substituts nicotiniques oraux actuellement disponibles », précisent les experts.

Deux cas de figure : les fumeurs et les non-fumeurs

« Chez le fumeur dépendant au tabac, le remplacement du tabac par l'e-cigarette devrait en théorie contribuer à une réduction des risques et des dommages », notent les experts. Ils recommandent donc « que l'accès des fumeurs aux e-cigarettes ne soit pas freiné, car au vu des données actuelles elles semblent réduire les dommages lorsqu'elles remplacent la cigarette. »

En revanche, les experts recommandent de « mettre en oeuvre des mesures pour éviter toute promotion et toute facilitation de l'accès de l'e-cigarette aux mineurs et aux sujets n'ayant jamais fumé. »

Les experts suggèrent que, comme pour les produits du tabac, la vente des e-cigarettes soit interdite aux moins de 18 ans et que leur utilisation soit interdite dans les lieux publics.

« Sur le plan comportemental, la ressemblance entre l'e-cigarette et la cigarette peut tout aussi bien être une aide pour le fumeur qui abandonne la cigarette traditionnelle pour l'e-cigarette qu'un danger pour l'adolescent qui l'utiliserait comme un produit d'initiation », expliquent les auteurs du rapport.

Les experts préconisent également que l'interdiction de la publicité en faveur de l'e-cigarette soit mieux appliquée et que ces dernières ne soient pas vendues dans les supermarchés et boutiques généralistes, mais uniquement par des établissements agréés pour cette vente.

Cas particulier : les experts déconseillent l'utilisation des e-cigarettes par les femmes enceintes ou allaitantes du fait de l'absence de toute donnée démontrant leur efficacité et leur totale innocuité dans ces conditions.

Pour un meilleur encadrement

Au final, les experts recommandent de ne pas interdire en France l'utilisation de l'e-cigarette, avec ou sans nicotine mais de mieux réglementer le produit, sa distribution et son utilisation.

Actuellement, les e-cigarettes sont des produits de consommation courante. Elles ne font pas l'objet « de réglementations spécifiques sur les contrôles qualité, les circuits de distribution, la vente aux mineurs, la publicité et l'utilisation dans tous les espaces. Elles n'ont à respecter que les règles des normes européennes (marquage CE) et du commerce (DGCCRF) et l'interdiction de la publicité indirecte pour les produits du tabac. »

Les experts demandent que « la concentration en nicotine des cartouches et des cartomiseurs remplis et scellés soit identifiable sur le produit lui-même et que soit clairement indiquée sur tous les emballages la composition des e-liquides. »

Ils recommandent « que les fabricants de produits évoquant le tabagisme soient dans l'obligation de déclarer la liste des arômes et ingrédients utilises en conformité avec le règlement d'exécution (UE) n° 793/2012 de la commission du 5 septembre 2012 et d'apporter les références disponibles sur leur innocuité à court et long terme en inhalation. »

Enfin, les experts estiment que toutes les études concernant l'efficacité de l'e-cigarette dans l'aide au sevrage tabagique et l'innocuité de son utilisation à long terme doivent être encouragées, et être totalement indépendantes des fabricants de ce produit.

A ce jour, une seule compagnie de cigarettes électronique a fait une demande d'AMM au Royaume-Uni. Il s'agit de la société intellicig qui a été rachetée fin 2012 par British American Tobacco. La demande devrait aboutir en 2013. Cette e-cigarette aurait le statut de substitut nicotinique.

Des risques de pneumonie lipidique ?

Deux cas de pneumonie lipidique ont été rapportés chez des utilisateurs d'e-cigarettes. Un des deux patients est décédé de pneumonie lipidique, mais le lien de cause à effet avec l'e-liquide est peu clair et les données incomplètes. Le second souffrait préalablement d'asthme, de polyarthrite rhumatoïde, de fibromyalgie, de schizophrénie et prenait plusieurs médicaments. Le lien avec l'utilisation de l'e-cigarette contenant du e-liquide contenant de la glycérine a été fait mais l'exposition a dû être intense et reste en partie mystérieuse dans ces observations.

« Par précaution il ne faut jamais ajouter d'huiles parfumées dans l'e-liquide car le risque de pneumopathie lipidique devient théoriquement important si ces huiles ne sont pas solubles », recommandent les experts.

Les experts du rapport :
Bertrand Dautzenberg (Paris) est professeur de pneumologie et tabacologue à Paris (GHU Pitié Salpétrière-Charles Foix et UMPC Paris 6). Responsable des enquêtes de Paris sans tabac, il préside l'OFT et a coordonné le projet e-cigarette.
Agnes Delrieu (Paris) est médecin généraliste, tabacologue. Elle effectue de nombreuses missions pour l'OFT, notamment en entreprise ou auprès de populations cibles spécifiques (femmes, précaires, etc).
Antoine Deutsch (Paris) est charge du dossier tabac à l'INCa. Il intervient en accord avec sa hiérarchie mais n'exprime ici que son avis personnel.
Beatrice Le Maitre (Caen) est médecin du travail, tabacologue, responsable du groupe de travail e-cigarette de l'Alliance contre le tabac.
Gerard Mathern est pneumologue, tabacologue à Saint-Etienne, responsable de l'association IRAAT (Institut Rhône-Alpes Auvergne de tabacologie). Il a travaillé sur l'e-cigarette pour la Société française de tabacologie.
Cornel Radu-Loghin est responsable de projets européens à l'ENSP (European Network for Smoking and Tobacco Prevention) à Bruxelles. Il a conduit une enquête sur l'e-cigarette en Europe.
Anne-Audrey Schmitt est psychiatre, addictologue au Centre d'addictologie de Clermont-Ferrand.
Daniel Thomas est professeur de cardiologie (Groupe hospitalier Pitié Salpétrière- Charles Foix et UMPC Paris 6). Il est responsable du projet Jamais la première de la Fédération française de cardiologie.
Michel Underner est pneumologue et tabacologue à Poitiers.
Les 9 experts remercient Jean-Francois Etter (Genève), professeur de sante publique à la Faculté de médecine l'Université de Genève, politologue, spécialiste de la prévention du tabagisme. Il a été l'un des experts ayant participé à la préparation de ce rapport, il a participé à la première réunion et a contribué à la réflexion sur le document et à sa rédaction. Il ne souhaite pas souscrire aux conclusions ni aux recommandations de ce rapport.
Jean-Francois Etter (Genève) rapporte un lien d'intérêt avec un fabricant d'e-cigarettes et d'e-liquides qui a contribué à deux déplacements (Londres et Chine, avion + hôtel) sur le thème de l'e-cigarette (aucune rémunération).

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....