Coronarien : effet préventif du vaccin antigrippal à l'égard des évènements CV

Aude Lecrubier, avec Michael O'Riordan

5 novembre 2013

Toronto, Canada -Une méta-analyse publiée dans le JAMA montre que la vaccination contre la grippe est associée à une baisse des événements cardiovasculaires de 36% chez les patients à haut risque cardiovasculaire [1].

Plus impressionnant encore, chez les patients présentant un antécédent de syndrome coronarien aigu, la vaccination est associée à une diminution de 55% du risque d'accidents cardiovasculaires majeurs.

Ces données confirment celles d'une étude cas-témoins publiée dans Heart en août dernier et qui a montré que la vaccination contre la grippe protège significativement de l'infarctus du myocarde (IDM). Dans cette étude sur près de 600 patients, le risque de pathologie coronarienne était quasiment doublé chez les non vaccinés [2].

La confirmation d'un effet protecteur sur le système cardiovasculaire est une information d'importance dans un contexte de baisse préoccupante et continue de la vaccination contre la grippe saisonnière en France : entre 2009 et 2012, la couverture vaccinale des personnes à risque est passée de 60% à 50%.

« La vaccination contre la grippe pourrait agir en évitant la rupture de la plaque d'athérome chez les patients présentant une vulnérabilité. Il s'agit d'un traitement protecteur simple, délivré une fois par an, pour réduire le risque d'événements cardiovasculaires […] Les implications cliniques et de santé publique sont considérables du fait de la faible couverture vaccinale en population générale et de l'impact potentiel que cette stratégie préventive pourrait avoir sur les patients à haut risque  », indiquent le Dr Jacob Udell et coll. (Université de Toronto, Canada), auteurs de la publication.

Bénéfice plus important en cas d'antécédent de SCA

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont mené une revue systématique de la littérature et une méta-analyse de 6 essais randomisés comparant la vaccination antigrippale à un placebo chez des patients à haut risque cardiovasculaire. Les six études dont cinq études publiées (étude FLUVACS, FLUCAD…) et une non publiée, ont inclus des patients ayant été victimes d'un syndrome coronarien aigu, et des patients coronariens stables.

Les résultats de la méta-analyse montrent que les événements cardiovasculaires majeurs associant le décès cardiovasculaire, l'hospitalisation pour infarctus du myocarde, l'angor instable, l'AVC, l'insuffisance cardiaque ou une revascularisation en urgence, sont survenus chez 2,9% des 3238 patients vaccinés et chez 4,7% des 3231 patients qui ont reçu le placebo (RR=0,64 ; IC95% [0,48-0,86]).

En d'autres termes, il faudrait vacciner 58 patients pour prévenir un événement.

Le résultat est plus marqué encore parmi les patients présentant un antécédent de SCA (n=789). Dans ce sous-groupe, un taux de 10,25 % d'évènements majeurs a été observé parmi les patients vaccinés, contre 23,1 % des patients ayant reçu le placebo (RR=0,45 ; [0,32-0,63]).

Il suffirait donc de vacciner 8 patients présentant un tel antécédent, pour éviter un événement cardiovasculaire sévère.

En revanche, lorsque les patients coronariens stables étaient analysés séparément, la réduction du risque par la vaccination perdait sa significativité (RR=0,94 ; [0,55-1,61]).

Tout en notant que les mécanismes sous-jacents, reliant infection grippale et risque cardiovasculaire, ne sont pas clairement identifiés, les auteurs soulignent l'association très étroite entre les deux phénomènes.

Dans un éditorial accompagnant l'article, le Dr Kathleen Neuzil (Vaccine Access and Delivery PATH, Seattle, WA) rappelle pour sa part que dans toutes les méta-analyses, les résultats sont limités par la qualité des études prises en compte, et « qu'association » ne signifie pas « causalité ».

Elle conclut toutefois en faveur de la vaccination : « que [celle-ci] réduise ou non le risque cardiovasculaire, la morbidité associée à la grippe chez les personnes âgées, avec ou sans pathologies à haut risque, est connue, et l'efficacité du vaccin justifie son utilisation. »

Les Drs Udell et Neuzil n'ont pas rapporté de liens d'intérêt en rapport avec le sujet.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....