Psychostimulants chez l'enfant : 5 fois plus de prescriptions en 10 ans

Aude Lecrubier, Caroline Cassels

Auteurs et déclarations

9 octobre 2013

Aarhus, Danemark — L'utilisation des psychostimulants au Danemark chez les enfants et les adolescents a quintuplé au cours de la dernière décennie. Or, d'après une nouvelle étude prospective danoise, le trouble de déficit de l'attention/hyperactivité (TDAH) n'est pas la seule pathologie à l'origine des prescriptions. Les psychostimulants sont de plus en plus souvent utilisés dans d'autres troubles neuropsychiatriques et en particulier dans les troubles autistiques. Pourtant, ils n'ont pas forcément fait la preuve de leur efficacité et de leur sécurité dans ces pathologies, indiquent les auteurs, le Pr Søren Dalsgarrd et coll. (Aarhus University, Aarhus, Danemark).

L'étude a été publiée dans l'édition en ligne du 9 septembre du Journal of Child and Adolescent Psychopharmacology [1].

Un boom des prescriptions aux Etats-Unis et dans certains pays d'Europe


Selon les auteurs, la très forte augmentation des taux de prescription des psychostimulants et des autres traitements du TDAH est globale. Toutefois, certaines régions du monde ont été plus touchées que d'autres notamment les Etats-Unis où jusqu'à 5 % des enfants en âge d'aller à l'école reçoivent ces médicaments.

L'utilisation des médicaments du TDAH est généralement plus faible en Europe, mais certains pays, comme les Pays-Bas, le Danemark et l'Espagne ont expérimenté des croissances de prescriptions similaires aux Etats-Unis.

Les troubles autistiques et autres troubles envahissants du développement partagent certaines caractéristiques avec le TDAH, notamment l'hyperactivité, l'inattention et l'impulsivité. C'est pourquoi nombre de médecins prescrivent désormais les traitements du TDAH dans ces pathologies.

Dans ce qu'ils qualifient comme la première étude prospective à quantifier le tournant des prescriptions des traitements du TDAH au cours du temps, les chercheurs danois ont analysé les prescriptions de médicaments du TDAH chez les enfants et les adolescents atteints de TDAH, de troubles autistiques et d'autres troubles psychiatriques à partir d'un registre national, sur une période de 10 ans.

Le Danish Civil Registration System a été utilisé pour repérer tous les enfants et adolescents nés au Danemark entre 1990 et 2001, ainsi que leurs parents.

La cohorte de naissance a inclus 852 711 personnes qui ont été suivies de la naissance au décès ou au 31 décembre 2010.

A partir de là, les chercheurs ont identifié tous les enfants avec un diagnostic psychiatrique sur les 10 ans de l'étude. Ils ont également extrait les données de prescriptions du méthylphénidate (Ritaline®), de la dexamphétamine (Déxédrine®) et de l'atomoxétine (Strattera®).

Ils ont ensuite identifié trois groupes de patients: ceux avec un TDAH (n=11 553), ceux avec un trouble autistique (n=9698) et ceux avec un autre trouble psychiatrique (n=48 468).

En tout, 16 % (n=1577) des enfants et des adolescents avec un trouble autistique, 61% (n=7021) de ceux avec un TDAH et 3% (n=1537) de ceux avec un autre troubles psychiatrique ont reçu un ou plusieurs traitements du TDAH. Une augmentation significative de ces prescriptions a été observée entre 2003 et 2010 dans les trois groupes.

Au cours de cette période, les taux de prescription des médicaments du TDAH ont augmenté de 4,7 fois, 6,3 fois et 5,5 fois chez les jeunes danois de 6 à 13 ans souffrant, respectivement, de troubles autistiques, de TDAH ou d'autres troubles psychiatriques.

« Cette augmentation du taux de prescription des médicaments du TDAH chez les jeunes atteints de troubles autistiques doit être remise dans le contexte d'un faible niveau de preuve de leur efficacité dans cette population de patients. Cela souligne l'importance de réaliser des nouvelles recherche pour étudier la sécurité et l'efficacité à long terme de ces médicaments psychostimulants chez les enfants et les adolescents souffrant de troubles autistiques », concluent les auteurs.

Ce sujet a fait l'objet d'une publication dans Medscape.com

Les auteurs n'ont pas rapporté de liens d'intérêts en rapport avec le sujet.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....