Effets du cocktail alcool + boisson énergisante : pas de données fiables

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

16 septembre 2013

Effets du cocktail alcool + boisson énergisante : pas de données fiables

Le mélange alcool + boisson énergisante permettrait de consommer plus d'alcool et plus longtemps. Les études sur le sujet semblent biaisées par des liens d'intérêt avec Red Bull.
16 septembre 2013

Victoria, Australie - Selon le psychologue australien Peter Miller, si la plupart des études sur les mélanges de boissons énergétiques et d'alcool concluent qu'ils ne sont pas dangereux, ce n'est peut-être pas pour les bonnes raisons.

Dans son « point de vue » publié dans le British Medical Journal, Peter Miller avance deux critiques majeures [1]. D'une part, les quantités de boissons énergétiques et d'alcool évaluées dans les études ne correspondraient pas à la réalité et d'autre part, la plupart des auteurs de ces études auraient des liens d'intérêt avec les fabricants de boissons énergisantes.

Quel est l'ampleur du risque ?


Mélanger de l'alcool et des boissons énergisantes est devenu très populaire mais, à quel risque ? L'une des principales inquiétudes viendrait du fait que le mélange de l'alcool avec des boissons énergisantes permet de boire plus et plus longtemps et donc d'atteindre des niveaux d'intoxication élevés.

D'après l'auteur, si les données sur la consommation de boissons énergétiques par les buveurs d'alcool font défaut dans la plupart des pays, des enquêtes auprès d'étudiants aux Etats-Unis et en Italie ont montré que respectivement 73% et 85% avaient mélangé des boissons énergisantes et de l'alcool dans le mois précédent l'enquête.

En outre, des études montrent que le taux d'alcoolémie des consommateurs de boissons énergétiques est statistiquement plus élevé que celui de ceux qui n'en consomment pas. Ils boiraient plus d'alcool et seraient plus sujets aux comportements agressifs et à l'alcoolo-dépendance, plus souvent victimes de blessures ou passagers d'un conducteur ivre et ils conduiraient, eux-mêmes, plus souvent sous l'emprise de l'alcool.

Remise en question des études


Selon Peter Miller, pour des raisons éthiques, les doses d'alcool et de boissons énergétiques évaluées dans les études sont bien plus basses que ce qui est consommé dans la réalité. Alors que, dans la plupart des travaux, une faible consommation d'alcool est associée à une seule boisson énergisante (250 ml), les niveaux réels seraient de 0,1 mg d'alcool pour 100 ml de sang et de 2,5 boissons énergisantes.

Il remarque également que nombre des chercheurs qui ont conclu à l'innocuité du mélange ont reçu des financements du fabricant de boissons énergisantes Red Bull.

Il note que lors de la conférence Australasian Professional Society on Alcohol and Drugs 2012, 4 des 5 présentateurs d'études sur le sujet avaient reçu des financements de Red Bull (financement de leurs recherches ou pour se rendre à des conférences internationales) et qu'ils ont tous conclu qu'il n'y avait pas de preuves de la dangerosité du cocktail d'alcool et de boissons énergisantes. En outre, il ajoute que seuls les présentateurs des études (les premiers auteurs) ont indiqué leurs liens d'intérêts. Sur les 5 présentations, seul l'orateur qui n'avait pas liens d'intérêts, a indiqué que d'autres recherches étaient nécessaires pour évaluer ces mélanges.

Avoir des orateurs financés pour se rendre à des conférences dans le monde entier par une compagnie qui a des intérêts financiers évidents dans ce domaine pose la question de « l'utilisation des résultats des recherches à des fins marketing », souligne Peter Miller.

Enfin, le psychologue rapporte également qu'à sa connaissance, Red Bull a proposé à des chercheurs de vérifier le protocole de leurs études et de les fournir en placebo en cas d'approbation du protocole.

Il conclut qu'il « est primordial que le public puisse avoir confiance dans les résultats des recherches » et ajoute que les organisateurs de conférences et les éditeurs de journaux devraient exiger systématiquement des chercheurs qu'ils déclarent s'ils ont reçu des financements pour leur recherches, des bourses ou des financements pour assister ou intervenir à des conférences. 

Peter Miller n'a pas déclaré de liens d'intérêt.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....