Origine du coronavirus MERS-CoV : la chauve-souris fait son retour

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

23 août 2013

Coronavirus MERS-CoV : la chauve-souris est impliquée

Le premier indice de l'implication des chauve-souris, véritables réservoir à virus, dans la transmission du coronavirus MERS-CoV, vient d'être établi. Pour autant, beaucoup d'inconnues subsistent.

23 août 2013

Arabie-Saoudite - La chauve-souris fait sa réapparition parmi les possibles vecteurs à l'origine du nouveau coronavirus MERS-CoV. La séquence de ce dernier a en effet été retrouvée en Arabie-Saoudite, dans les fèces d'un de ces mammifères volants, avec une ressemblance génétique de 100% avec l'ADN viral d'un cas-index [1].

Au cours de l'automne et du printemps derniers, des chercheurs américains et saoudiens ont mené l'enquête en Arabie-Saoudite à proximité des lieux de vie des personnes infectées sur la trace d'indices pour connaître l'origine du virus. La chauve-souris a fait l'objet d'investigations particulières car il est bien connu qu'elle constitue un véritable réservoir à virus (rage, Hendra, Nipah, Marburg, coronavirus à l'origine du SRAS, et même probablement les virus Ebola) [1]. Si les animaux n'ont pas été mentionnés par l'entourage des patients à l'interrogatoire, en revanche, près de 7 espèces (Rhinopoma hardwickii, Rhinopoma microphyllum, Taphozous perforatus, Pipistrellus kuhlii, Eptesicus bottae, Eidolon helvum, and Rosettus aegyptiacus) ont été repérées par les chercheurs dans un périmètre compatible avec la transmission virale. Près d'une centaine d'animaux ont été biopsiés et leurs excréments échantillonnés.

Après d'amplification d'ADN par PCR à la recherche de séquences proches de celles du MERS-CoV, il s'est avéré qu'un des échantillons extraits des fèces d'une chauve-souris de l'espèce T. perforatus, capturée en octobre 2012 à Bisha en Arabie Saoudite montrait 100% de similitude avec l'ADN viral retrouvé chez un cas-index originaire de cette même zone géographique.

Après le dromadaire, la chauve-souris 


Les résultats de cette étude sont prometteurs : l'entière similitude de séquence entre l'ADN viral de la chauve-souris et l'ADN du MERS-CoV est « sans précédent ». L'enthousiasme de la découverte est néanmoins modéré par le fait que, sur plus de 1000 échantillons, un seul s'est révélé compatible avec la séquence retrouvée chez l'homme. Même si les auteurs mentionnent des problèmes techniques comme une rupture de la chaîne du froid dans la conservation des échantillons.

L'implication de la chauve-souris est une nouvelle pièce du puzzle, qui n'est en rien incompatible avec celle du dromadaire, considéré comme potentiel hôte du virus car porteur d'anticorps anti-MERS CoV (mais non du virus lui-même) [2]. La transmission directe de la chauve-souris à l'homme semble en effet peu probable et s'établit probablement au travers d'autres espèces animales. Des prélèvements effectués sur les chameaux, vaches, chèvres, moutons sont d'ailleurs actuellement à l'étude.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....