La France championne d'Europe des extractions d'électrodes

Vincent Bargoin

25 juin 2013

Athènes, Grèce - Depuis 2008, l'European Heart Rythm Association (EHRA) publie chaque année un livre blanc, qui compile, dans chacun des 55 pays membres, le nombre d'actes de rythmologie effectués, ainsi que les grandes données de santé publique intéressant cette spécialité. La cuvée 2013, qui porte sur les chiffres 2012, vient d'être présentée au congrès EUROPACE, à Athènes [1].

Le fait notable, cette année, est que pour la première fois, des données portant sur les extractions d'électrodes sont incluses. On apprend ainsi que la France arrive en tête dans ce domaine, avec 2000 extractions réalisées en 2012, suivie - mais de très loin - par l'Allemagne (800), puis la Pologne (520). Certains pays, comme l'Islande, Chypre, le Monténégro ou l'Arménie ne rapportent aucune extraction. Mais il faut resituer les implantations à leur juste niveau : en 2012, en Arménie, 18 thérapies de resynchronisation ont été réalisées, dont 2 avec implantation d'un défibrillateur.

Dans un communiqué de l'EHRA, le Pr Fernando Arribas (Madrid, Espagne) coordinateur du livre blanc, relève « l'intérêt croissant » pour ce problème, qui prend de l'ampleur avec le recul depuis les premières implantations. « L'extraction d'électrode entraine une morbidité et une mortalité significative dans le monde, » a-t-il rappelé.

Pour le moment, il s'agit de données brutes, que n'accompagnent ni commentaire, ni données complémentaires. Rien n'est dit, notamment, des motifs des extractions, ni de leurs complications. On peut trouver cette situation un peu frustrante. Le Pr Angelo Auricchio (Lugano, Suisse) président de l'EHRS fait néanmoins remarquer qu'à ce jour, la société européenne est la seule société savante à avoir commencé à publier des données sur ce point.

Au demeurant, la publication dans la revue Europace de graphiques et commentaires accompagnant ces données brutes, est annoncée pour le prochain congrès de l'European Society of Cardiology, à Amsterdam (31 août-4 septembre).

L'Allemagne en tête pour les principaux actes

Par ailleurs, en matière d'implantations de pacemakers, l'Allemagne arrive en tête en 2012 (106 567), suivie par la France (62 846). S'agissant de la resynchronisation, l'Allemagne reste le plus gros marché (17 949), de même que pour les défibrillateurs (26 536). Mais cette fois, la seconde position est tenue par l'Italie (11 900 et 12 000 implantations, respectivement). En ce qui concerne les ablations, l'Allemagne est toujours en tête (38 000), mais la France retrouve la seconde place (31 000).

On note enfin un commentaire du Pr Auricchio sur les analyses annoncées dans Europace : « elles montreront la tendance en matière d'électrophysiologie et d'implantation en Europe, et diront si la crise économique actuelle s'est accompagnée d'une diminution du nombre d'appareils implantés ».

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....