La vitamine D prévient les infections respiratoires chez des enfants carencés

Steven Fox

Auteurs et déclarations

29 août 2012

La vitamine D prévient les infections respiratoires aiguës chez des enfants carencés

Un essai randomisé mené chez des enfants carencés en Mongolie montre que la supplémentation en vitamine D réduit de moitié le risque d'infections respiratoires aiguës l'hiver.
29 août 2012

Ulaanbaatar, Mongolie et Boston, Etats-Unis — Pendant les mois d'hiver, une supplémentation en vitamine D (300 UI/j) limite de moitié l'incidence des infections respiratoires aiguës chez des enfants carencés, selon les résultats d'un essai contrôlé randomisé mené en Mongolie.

« Cet essai contrôlé randomisé et réalisé en double aveugle pendant l'hiver chez des enfants de Mongolie a montré qu'une supplémentation en vitamine D3 de seulement 300 UI par jour réduit cliniquement et statistiquement le risque d'infections respiratoires aiguës rapportées par les parents », ont indiqué le Dr Carlos Camargo et coll. (Harvard School of Public Health, Boston, Etats-Unis) dans l'édition en ligne du 20 août de la revue Pediatrics[1].

D'après les auteurs, un nombre croissant d'études épidémiologiques associe la déficience en vitamine D à un risque accru d'infections respiratoires chroniques, alors que d'autres études suggèrent que la supplémentation en vitamine D réduit les risques d'infections respiratoires aiguës et de grippe.

Cependant, ils soulignent que les données actuelles ne permettent pas de donner une réponse catégorique. Pour tenter de répondre à la question, le Dr Camargo et ses collaborateurs ont étudié une cohorte de 247 enfants de Mongolie, où la plupart du temps les habitants sont vêtus pour se protéger du froid et n'exposent pas leur peau au soleil.

Dans cette étude, des enfants en troisième et quatrième années d'école primaire ont été randomisés entre janvier et mars 2009 pour recevoir tous les jours du lait renforcé en vitamine D3 à la dose de 300 UI (n=143 enfants), soit du lait sans vitamine D (n=104 enfants).

Les taux de vitamine D ont été évalués à l'entrée dans l'étude et à la fin et il a été demandé aux parents d'indiquer le nombre d'infections respiratoires aiguës dont avaient souffert leurs enfants dans les trois derniers mois.

Combler la carence en vitamine D limite le nombre d'infections respiratoires aiguës


Initialement, les enfants avaient un taux de vitamine D 25(OH) de 7ng/mL (carence : < 10 ng/mL), mais après 3 mois de supplémentation, une différence significative est apparue entre les deux groupes. Les taux de vitamine D sont restés à 7 ng/mL dans le groupe contrôle alors qu'ils ont presque triplé chez les enfants qui avaient reçu le lait fortifié (19 ng/mL).

Comparés aux enfants qui n'ont pas été supplémentés, ceux recevant de la vitamine D ont eu moins d'infections respiratoires aiguës pendant l'étude (0,80 vs 0,45, RR= 0,52, IC 95% ; p=0,047). Et ce, même après ajustement pour l'âge, le sexe, et les antécédents de sibilants (RR=0,5, IC 95%).

Les auteurs ont précisé avoir obtenu des résultats similaires lorsqu'ils ont évalué les enfants dont les taux de vitamine D à l'entrée dans l'étude étaient soit en dessous, soit au-dessus de la moyenne.

Les chercheurs ont reconnu que la ville de Mongolie où l'étude a été menée, Ulaanbaatar, est située à une latitude assez élevée (48° N) mais ils soulignent que Montréal et Paris sont aux même latitudes et que de nombreux nord-américains ou européens vivent encore plus au Nord.

Cet article a été originalement publié sur Medscape.com le 20 août 2012; adapté par Aude Lecrubier.

Les auteurs n'ont pas déclaré de liens d'intérêt en rapport avec le sujet.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....