Délais de prise en charge des cancers du sein et du poumon en 2011

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

14 juin 2012

L'INCa a enquêté sur les délais de prise en charge des cancers du sein et du poumon en 2011

Une étude observationnelle française de l'INCa précise les délais de prise en charge pour ces 2 cancers. Les chiffres sont sujets à variation mais conformes aux données internationales.
14 juin 2012

Paris, France -On sait que les délais d'accès au diagnostic et au traitement peuvent varier selon les cancers, les zones géographiques et les catégories socioéconomiques des patients. Autant des facteurs d'inégalité d'accès aux soins.

Dans ce contexte, l'Institut National du Cancer (INCa), en association avec la Fédération nationale des observatoires régionaux de santé, les réseaux régionaux de cancérologie et les observatoires régionaux de santé, a mené une étude dont l'objectif était de mesurer et d'analyser les délais de prise en charge des cancers du sein et du poumon sur l'année 2011 dans huit régions de France (délais d'accès au diagnostic de cancer, délais d'accès à la proposition thérapeutique, délai d'accès au traitement…) [1].

Cancer du sein : pas de grande surprise

Pour chacun des délais observés et pour les deux types de cancers, des écart-types élevés ont été trouvés traduisant une assez forte variabilité des délais par rapport à la moyenne.

Dans le cas des cancers du sein, globalement, la durée de prise en charge entre la mammographie et le début de la radiothérapie, en l'absence de chimiothérapie postopératoire, est de 106 jours en moyenne soit 15 semaines avec une médiane à 98 jours (14 semaines). En cas de chimiothérapie postopératoire, cette durée est portée à 218 jours en moyenne soit 31 semaines avec une médiane à 220 jours (31 semaines et demie).

En moyenne, deux semaines s'écoulent entre la mammographie et le compte rendu anatomopathologique de la biopsie, puis trois semaines avant l'intervention chirurgicale. La proposition thérapeutique postopératoire advient en moyenne deux semaines après l'acte chirurgical et entre celui-ci et le début de la radiothérapie, huit semaines s'écoulent en moyenne en l'absence de chimiothérapie postopératoire et 26 semaines en présence de celle-ci.

Cancer du poumon : une étude plus complexe

Pour le poumon, deux particularités sont à noter par rapport à l'étude des délais de prise en charge des cancers du sein. La première est que l'exclusion de toutes les personnes ayant un antécédent de cancer, quelle que soit sa localisation, a limité de façon importante le nombre de cas de cancers du poumon inclus, rendant difficile dans plusieurs régions l'atteinte de l'objectif cible de 300 dossiers.

L'autre particularité est le fort taux de mortalité observé dans cette étude dans le cancer du poumon, touchant en cours de parcours de prise en charge plus d'une personne sur quatre (28 %).

Globalement, la durée de prise en charge entre l'imagerie et le premier traitement (chirurgie ou début de la radiothérapie) est de 51 jours en moyenne, soit un peu plus de 7 semaines avec une médiane à 45 jours (6,4 semaines). En moyenne, trois semaines s'écoulent entre la première imagerie anormale et le compte rendu anatomopathologique de la biopsie, puis presque deux semaines avant la proposition thérapeutique. Il se passe ensuite trois semaines en moyenne entre la RCP et la mise en œuvre du premier traitement : six semaines et demi avant la chirurgie si celle-ci a lieu en premier et un peu moins de trois semaines si le traitement débute par la radiothérapie.

Les facteurs qui changent la donne

À l'issue de l'analyse multivariée, différents facteurs sont identifiés comme pouvant entraîner une modification significative des différents délais.

L'analyse des cas de cancers du poumon montre que les femmes ont tendance à avoir un délai d'accès à la proposition thérapeutique plus long que les hommes.

Parallèlement, certains délais augmentent avec l'âge. Pour le cancer du sein, le délai d'accès à la chirurgie s'allonge avec les années. Pour le cancer du poumon, ce sont le délai d'accès au premier traitement et le délai global imagerie-premier traitement qui augmentent avec l'âge.

En outre, le mode de découverte du cancer a un effet sur certaines étapes du parcours de prise en charge.

Pour le cancer du poumon, si le cancer est découvert suite à un dépistage spontané, le délai d'accès au diagnostic et sur le délai global imagerie-premier traitement sont plus longs qu'en cas de découverte fortuite ou sur signes d'appel.

Pour le cancer du sein, les délais d'accès au diagnostic ou à la chirurgie sont aussi plus longs, toutes choses égales par ailleurs, après une découverte par dépistage spontané ou organisé vs par découverte sur signes d'appel. Pour le délai d'accès à la proposition thérapeutique postopératoire, celui-ci est allongé en cas de découverte sur signe d'appels ou par dépistage spontané par rapport à une découverte dans le cadre du dépistage organisé.

Autre facteur de variation, les délais sont plus longs pour des tumeurs de bas grade que pour les tumeurs de stade plus avancé pour les deux types de cancers.

Aussi, les délais varient en fonction du type d'établissement et de l'autorisation dont il bénéficie. Dans le cas du cancer du sein, un allongement du délai d'accès à la chirurgie est observé dans les centres hospitaliers et les CHU par rapport à ce qui est observé dans les établissements privés et le délai mammographie-radiothérapie (hors chimiothérapie) est plus long dans les centres de lutte contre le cancer (CLCC) et les CHU que dans les établissements de santé privés à intérêt collectif (ESPIC), toutes choses égales par ailleurs.

Pour le cancer du poumon, le délai d'accès au diagnostic est plus long dans les CLCC par rapport aux centres hospitaliers. Le délai d'accès à la proposition thérapeutique est plus court dans les établissements autorisés pour les trois modalités thérapeutiques (chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie) par rapport aux autres établissements (à l'exception de ceux bénéficiant d'une autorisation pour la chirurgie et la chimiothérapie pour lesquels aucune différence n'est notée).

Selon les auteurs du rapport, les écarts observés selon le statut de l'établissement de première prise en charge thérapeutique ou de la région n'ont pas d'explication évidente. Les facteurs organisationnels au sens large (répartition territoriale de l'offre de prise en charge, coopération entre les établissements, etc.) pourraient en être la principale cause.

Enfin, pour chacun des délais étudiés, et pour les deux types de cancers, des différences régionales significatives sont observées. Elles ne sont pas uniformes selon les délais. Elles sont plus marquées pour le cancer du sein que pour le cancer du poumon. Dans le cancer du sein, elles varient souvent du simple au double avec des délais régulièrement plus courts en Auvergne et plus longs en Picardie.

« Il reste toutefois difficile, dans le format actuel de l'enquête, d'appréhender le poids des facteurs organisationnels et sociodémographiques dans ces variations régionales. Une réflexion plus fine sur chacun de ces délais dans chaque région pourrait sans doute ouvrir des pistes de travail », indique le rapport.

Des données concordantes avec la littérature internationale

Les délais observés pour les deux types de cancer sont proches - voire inférieurs pour le cancer du poumon - de ceux publiés dans la littérature et, dans la plupart des cas, compatibles avec les recommandations britanniques ou canadiennes sur la prise en charge des cancers.

En ce qui concerne le cancer du sein, le rapport note : « les résultats que nous avons trouvés sont proches des recommandations qui ont pu être développées au Canada par le Cancer Care Ontario[3] ou au Royaume-Uni par le NHS[4]. Ainsi, le Cancer Care Ontario recommande un délai maximum de 28 jours entre la décision de traitement et l'intervention chirurgicale (4 semaines) pour les cancers invasifs en dehors de situations urgentes du fait d'une menace immédiate sur le pronostic vital, d'un cancer agressif ou à l'inverse d'évolution lente. Pour le NHS, le délai recommandé entre le diagnostic et la décision de premier traitement est de 31 jours. Pour le cancer du sein, le délai issu de notre étude que nous pouvons comparer à cette recommandation est le délai d'accès à la chirurgie : en moyenne, il est de 23 jours avec une médiane à 21 jours et un 3e quartile à 32 jours. »

Pour le cancer du poumon, le délai qui peut être comparé avec les recommandations est celui de l'accès au premier traitement. « La recommandation est de 28 à 31 jours : les valeurs que nous avons trouvées sont de 20 jours en moyenne avec une médiane à 18 jours et un 3e quartile à 28 jours. Il est ainsi possible de considérer que, dans la majorité des cas, les prises en charge que nous avons pu observer se sont déroulées dans des délais compatibles avec ces recommandations », remarquent les rapporteurs.

Une seconde phase de l'étude, porte sur les cancers du côlon et de la prostate, les deux autres cancers les plus fréquents. Elle a débuté en avril 2012 et a été élargie à 13 régions dont 2 régions d'outre-mer, la Martinique et la Guadeloupe (uniquement pour les cancers de la prostate). Ses résultats seront disponibles fin 2012.

Une étude du Plan cancer 2009-2013

Cette étude s'inscrit dans la mesure 19 du Plan cancer 2009-2013 : « renforcer la qualité des prises en charge pour tous les malades atteints de cancer » et de son action 19.4 : « mener une étude sur les délais de prise en charge dans plusieurs régions. » L'action 19.4 du Plan cancer 2009-2013 [2].

Bilan : les délais actuels observés sont en moyenne conformes à ce qui est retrouvé dans la littérature ou aux recommandations existantes, mais ces délais peuvent présenter d'importante variations prouvant traduire des inégalités de prise en charge et donc potentiellement de santé pour les personnes concernées.

L'étude épidémiologique observationnelle rétrospective multicentrique de cohorte a été menée dans huit régions :

  • Alsace

  • Auvergne

  • Franche-Comté

  • Lorraine

  • Nord-Pas-de-Calais

  • Picardie

  • Poitou-Charentes

  • Provence-Alpes-Côte d'Azur

Au dernier recensement (données au premier janvier 2009), ces huit régions totalisent 19 299 319 habitants soit 30,9 % de la population de la France métropolitaine.

Les délais mesurés ont été analysés en fonction d'éléments de contexte de la prise en charge des patients (contexte sociodémographique, éléments médicaux liés à la maladie cancéreuse et au patient, caractéristiques de la structure de prise en charge des patients).

Les patients qui avaient un antécédent personnel de cancer, quels que soient la localisation et le stade (y compris les cancers in situ) ou atteints d'un cancer du sein avec chimiothérapie néoadjuvante (prise en charge influençant les délais étudiés) et les hommes souffrant d'un cancer du sein (type très spécifique de cancer non considéré par l'étude) ont été exclus de l'étude.

Au total, 2530 cas de cancer du sein et de 1945 cas de cancer du poumon ont pu être colligés.


Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....