Méta-analyse sur l'effet préventif et curatif du zinc pour la rhinite

Joe Barber

Auteurs et déclarations

23 mai 2012

Méta-analyse sur l'effet préventif et curatif du zinc pour la rhinite

Une méta-analyse canadienne suggère qu'une supplémentation en zinc peut réduire la durée du rhume chez les adultes, mais pas chez les enfants.
23 mai 2012

Toronto, Canada - Les formulations orales à base de zinc sont susceptibles de réduire la durée des symptômes du rhume chez les adultes, mais pas chez les enfants. Tels sont les résultats d'une méta-analyse d'une équipe canadienne publiée en ligne dans le Canadian Medical Association Journal[1].

Sur les 17 études prises en compte, 8 ayant inclus des patients atteints de rhume ont montré que le zinc réduisait la durée des symptômes comparé à un placebo (différence moyenne, - 1,65 jours ; IC 95% [- 2,50 à - 0,81 jours]), malgré une grande hétérogénéité. Une analyse en sous-groupes a révélé une interaction statistiquement significative entre adultes et enfants (P<0,0001), montrant que le zinc réduit la durée des symptômes du rhume chez les adultes (différence moyenne : -2,63 ; IC 95% [- 3,69 à - 1,58 jours]), mais pas chez les enfants (différence moyenne : -0,26 ; IC 95% [- 0,78 à - 0,25]), avec une moindre hétérogénéité que chez l'adulte. Au final, il y a peu de justifications pour les médecins à recommander le zinc en traitement du rhume, concluent les auteurs.

Des effets in vitro

Le rhume (ou rhinite virale aiguë) est un motif fréquent de consultation en médecine de premier recours. Ses symptômes sont en général banals et spontanément résolutifs et seuls des traitements symptomatiques sont actuellement disponibles. In vitro, le zinc inhibe la réplication du rhinovirus, principal agent étiologique du rhume. Toutefois, son efficacité dans le traitement et la prévention de l'épisode aigu n'a pas été prouvée et sa prescription n'est actuellement pas recommandée. D'où cette méta-analyse qui évalue l'efficacité du zinc pris oralement dans le traitement du rhume.


Une grande hétérogénéité des résultats

Les auteurs font remarquer qu'une méta-analyse antérieure a rapporté l'efficacité du zinc contre les symptômes habituels du rhume, mais avec là encore, une grande hétérogénéité des résultats pour le critère primaire [2]. « De fait, l'efficacité du zinc reste incertaine, car on ne sait pas si la variabilité entre les études est due à une diversité méthodologique (c'est-à-dire l'existence de biais potentiels et donc une incertitude quant à l'efficacité du zinc) ou des différences de populations ou d'interventions (concernant la dose de zinc et sa formulation) » écrivent les auteurs.

Après une recherche dans plusieurs bases de données (Medline, Embase, Cochrane, CINAHL et AMED), les auteurs ont inclus des études contrôlés et randomisées qui évaluaient l'efficacité d'une supplémentation unique et orale en zinc contre placebo ou absence de traitement, et ce, sans aucune restriction d'âge, de langage ou d'année de publication. Les auteurs ont toutefois exclus l'administration intranasale de zinc ou en combinaison avec d'autres éléments.

Des effets avec l'acétate de zinc mais pas avec le gluconate, ni le sulfate de zinc

Une analyse supplémentaire en sous-groupes a montré une interaction significative pour la formulation du zinc (P=0,003), indiquant que seul l'acétate de zinc (différence moyenne, - 2,67 jours ; IC 95% [- 3,96 à - 1,38 jours]) réduit la durée des symptômes par rapport au placebo, un résultat qui n'est en effet retrouvé ni avec le gluconate de zinc (différence moyenne, - 1,72 jours ; IC 95% [- 3,89 à - 0,44 jours]), ni avec le sulfate de zinc (différence moyenne, - 0,31 jours ; IC 95% [- 0,89 à - 0,28 jours]).

En ce qui concerne les effets indésirables, seul le mauvais goût (8 études, risque relatif [RR], 1,65 ; IC 95% : 1,27 à 2,16) et les nausées (9 études, risque relatif [RR], 1,654 ; IC 95% : 1,19 à 2,27) ont été observés plus fréquemment chez les patients prenant du zinc.

Parmi les limites de l'étude, figurent la grande hétérogénéité des résultats (inexpliquée), un biais concernant le double aveugle étant donnée la différence de goût avec le placebo, le financement de toutes les études par des industriels.

Les auteurs concluent au final à une relative incertitude concernant l'efficacité du zinc contre les symptômes du rhume. « Bien qu'un traitement oral de zinc puissent amoindrir les symptômes du rhume classique, des études de bonne facture et de grande taille sont nécessaires » écrivent les auteurs. « En attendant des preuves supplémentaires, il y a aujourd'hui peu d'éléments pour inciter les médecins à recommander le zinc dans le traitement du rhume » ajoutent-ils.

Cet article a été originalement publié sur Medscape.com le 7 mai 2012; adapté et complété par Stéphanie Lavaud.

Les auteurs ont déclaré n'avoir pas de liens d'intérêt.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....