Le manque de vitamine C pourrait être néfaste aux insuffisants cardiaques

Dr Walid AMARA

15 novembre 2011

Orlando, Floride — La vitamine C est un facteur antioxydant classiquement corrélé à une diminution des niveaux de CRP ultrasensible mais l'effet de la consommation de vitamine C sur les niveaux de CRP ultrasensible et sur les événements cardiovasculaires n'avait jamais été évalué. Plus précisément, le travail présenté au congrès de l'American Heart Association 2011 s'est intéressé à l'impact des apports alimentaires en vitamine C dans une population d'insuffisants cardiaques. [1]

Une étude prospective avec un suivi de près de 4 ans

L'étude a été menée dans 3 centres américains (Kentucky, Indiana, Géorgie). Elle a inclu des patients insuffisants cardiaques chroniques à fonction systolique altérée ou conservée, sous traitement et stables depuis au moins 3 mois.

Des questionnaires détaillés sur l'alimentation ont été remplis par des diététiciens (mesures effectuées sur 4 jours). Les aliments étaient également pesés par les patients et les apports en vitamine C ont été estimés à partir de tous les aliments ingérés.

Une probabilité > 85% de déficience en vitamine C était considérée comme un déficit alimentaire en vitamine C.

Tous les patients ont eu une mesure de la CRP ultrasensible. Pour l'analyse, ils ont été classés en deux groupes autour du seuil de CRP ultrasensible de 3 mg/L (supérieur ou inférieur), seuil usuel d'évaluation du risque d'événement cardiovasculaire.

Le critère primaire de jugement était la survie sans événement cardiaque. Les données ont été ajustées pour l'âge, le sexe, l'étiologie de l'insuffisance cardiaque, l'index de masse corporelle, la classe NYHA, la fraction d'éjection, les comorbidités et les traitements reçus.

Au total, 212 patients insuffisants cardiaques dont un tiers de femmes ont été inclus, avec un âge moyen de 61 ans ; 45% étaient en classe NYHA III ou IV.

Pr Eun Kyeung-Song

« Dans cette étude 40% des patients avaient un déficit alimentaire en vitamine C, une prévalence particulièrement élevée » a indiqué Pr Eun-Kyeung Song (Université de Ulsan, Corée). Et 46% (N=98) avaient une CRP supérieure à 3 mg/L.

A un an, le taux d'événements cardiaques, conduisant à une consultation ou une hospitalisation en urgence a été de 29%.

« Les patients déficients en vitamine C avaient des taux de CRP ultrasensible doublés par rapport aux non carencés » a rapporté Pr Song. En effet, le HR était de 2,4 (IC à 95% 1,02-5,75).

Deux facteurs indépendants étaient corrélés à la survie sans événements cardiovasculaires : la CRP ultrasensible et le déficit en vitamine C, avec des p respectifs de 0,03 et 0,014.

Ces facteurs étaient indépendants des différents facteurs utilisés pour l'ajustement.

« Cette étude est la première à démontrer qu'une faible consommation de vitamine C est associée à une diminution de la survie sans événements cardiovasculaires qui pourrait résulter d'un niveau de CRP plus élevé » a conclu le Pr Song.

Les diurétiques pourraient aussi jouer un rôle dans ces résultats du fait de la solubilité de la vitamine C et de l'augmentation de la diurèse.

Pour autant…

Ces résultats ne prouvent pas, bien sûr, qu'une consommation plus importante de vitamine C permet de diminuer les événements cardiovasculaires.

Alors, en attendant, on peut toujours conseiller à nos patients insuffisants cardiaques… de manger des oranges.

Le Pr Song n'a pas déclaré de conflits d'intérêts.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....