Les Américains devront dépister l'hypercholestérolémie chez tous les enfants !

Dr Catherine Desmoulins

Auteurs et déclarations

14 novembre 2011

Hypercholestérolémie chez l'enfant : dépistage universel recommandé à 9-11 ans

Au congrès de l'AHA, le NIH et les pédiatres américains ont annoncé leurs recommandations pour la santé cardiovasculaire des enfants qui inclut un dépistage universel de l'hypercholestérolémie.

14 novembre 2011

Orlando, Floride - A la veille de l'ouverture officielle du congrès de l'American Heart Association 2011, la levée d'embargo impromptue de l'American Academy of Pediatrics (AAP) sur les nouvelles recommandations du NIH de dépistage systématique de l'hypercholestérolémie chez l'enfant est sur toutes les lèvres dans les couloirs du congrès. La nouvelle a de quoi ébranler, l'hypercholestérolémie étant plutôt considérée comme une pathologie de la maturité et l'enfance comme une tranche de vie dénuée de risque cardiovasculaire où tout est permis (ou presque) au plan alimentaire. C'est aussi l'aveu de la gravité du problème de surpoids chez l'enfant aux Etats-Unis.

Du côté des experts de l'AAP, le fait que plus de 28% des petits Américains sont en surpoids est un chiffre qui impose de prendre des mesures de prévention, d'autant qu'on ne sait rien de la prévalence de l'hypercholestérolémie, ni du syndrome métabolique chez ces enfants. Avec ces nouvelles recommandations pour « la santé cardiovasculaire et la réduction du risque chez les enfants et les adolescents » publiées dans Pediatrics, les experts de l'APP ont décidé de passer à l'acte. [1]

« Bien que les manifestations cliniques de l'athérosclérose soient rares chez l'enfant et l'adolescent, nous avons la preuve que les mauvaises habitudes de vie et les facteurs de risque qui accélèrent le développement de l'athérosclérose commencent dans l'enfance. De plus, nous avons un nombre croissant de preuves de l'impact de la réduction des facteurs de risque sur la survenue des événements cliniques ultérieurs » explique le Dr Elisabeth Nabel directrice du National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI). « Ceci nous a fait prendre la décision, à l'automne 2006, de créer un guide pédiatrique de santé cardiovasculaire basé sur l'ensemble des preuves scientifiques dont nous disposons. »

Dépistage universel des dyslipidémies entre 9 et 11 ans puis entre 17 et 21 ans

Au chapitre « dyslipidémie » de ce guide extrêmement détaillé, il est stipulé qu'un dépistage universel d'un excès de cholestérol devrait être réalisé entre 9 et 11 ans avec un grade B (fortement recommandé). Entre 12 et 16 ans, seuls les enfants avec des facteurs de risque familiaux/personnels seront dépistés et entre 17 et 21 ans, un autre dépistage systématique est recommandé (grade B). Avant 9 ans, seuls les enfants avec des facteurs de risque personnels ou familiaux devraient être dépistés par un dosage du cholestérol à jeun.

Pour le dépistage universel, le dosage simple du cholestérol, non à jeun, qui pourra se faire au doigt au cabinet du médecin, est recommandé pour doser les lipides sanguins à l'exception du HDL. Si ce test est anormal, un dosage à jeun sera alors réalisé.

« Nous disposons de preuves solides pour dire que le dépistage ciblé des enfants basé sur les antécédents familiaux d'accident coronaire précoce ou autre pathologie vasculaire secondaires à une dyslipidémie nous font passer à côté de 30% à 60 % des enfants dyslipidémiques. Il est aussi souvent difficile d'obtenir des renseignements fiables sur les antécédents familiaux. Dans ces conditions, l'identification des enfants à risque accéléré de développer les complications cliniques de l'athérosclérose consiste à mettre en place un bilan lipidique systématique » expliquent les experts de l'AAP.

En cas d'hypercholestérolémie, la prise en charge devra d'abord faire appel au régime alimentaire. Un traitement pharmacologique ne sera envisagé que si les chiffres de LDL dépassent 190 mg/mL chez des enfants de 10 ans ou plus et après échec des interventions non pharmacologiques portant sur l'alimentation et l'activité physique.

S'il existe des facteurs de risque, le seuil de LDL est abaissé à 160 mg/mL.

Nutrition, obésité, hypertension, tabagisme, sédentarité : comme chez l'adulte

Au-delà du dépistage (et du traitement) des dyslipidémies, ce guide propose de faire une véritable évaluation de tous les facteurs de risque cardiovasculaire de l'enfant, à la manière de la prise en compte des facteurs de risque de l'adulte, et de proposer une stratégie, de la naissance jusqu'à l'âge adulte.

Ainsi, il est recommandé de nourrir exclusivement au sein les nourrissons durant les 6 premiers mois de vie et de donner des aliments pauvres en graisse saturée dès l'âge de 1 an.

Les enfants en surpoids, entre le 85 ème et le 95 ème percentile de la courbe de poids/âge (soit une augmentation de 85% à 95% du poids théorique) seront considérés comme à risque cardiovasculaire et nécessitant une prise en charge active pour changer les habitudes alimentaires et augmenter l'activité physique.

Les experts ont porté une attention particulière au diagnostic et à la prise en charge de l'hypertension chez l'enfant et l'adolescent. Il est recommandé de faire une mesure annuelle de la pression artérielle entre 3 et 11 ans, à interpréter en fonction de l'âge, du sexe et de la taille.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....