Diabète : première production de cellules humaines de pancréas

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

17 octobre 2011

Des cellules bêta pancréatiques humaines créées pour la première fois

Des chercheurs français ont produit les premières cellules pancréatiques humaines sécrétrice d'l'insuline ; des cellules attendues par les scientifiques depuis près de 30 ans.
17 octobre 2011

Paris, France - Pour la première fois dans l'histoire, des chercheurs de l'Inserm, du CNRS en association avec EndoCells, une start up qu'ils ont créée, ont découvert comment générer des lignées de cellules bêta pancréatiques humaines fonctionnelles, capables de produire et de secréter de l'insuline.

Les cellules étaient attendues par les chercheurs du monde entier depuis près de 30 ans dans l'espoir de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents aux diabètes de type 1 et 2.

Les travaux issus de la collaboration entre les équipes de Raphael Scharfmann (Inserm U845 - Centre de Recherche Croissance et Signalisation - Equipe "Contrôle du développement du pancréas"), de Philippe Ravassard (Centre de recherche de l'institut du cerveau et de la moelle épinière-CNRS/UPMC/Inserm) et EndoCells (Paul Czernichow) sont parus dans The Journal of Clinical Investigation du mois de septembre [1].

« L'objectif était d'utiliser notre expertise de chercheurs en biologie pour générer un outil qui n'existait pas : des lignées de cellules bêta humaines qui produisent et sécrètent de l'insuline sous l'effet de secrétagogues physiologiques », a commenté Raphael Scharfmann, co-auteur de la publication, pour mesdscape.fr.

Leur seul moyen d'étudier les cellules bêta humaines jusqu'alors, était de les prélever sur le pancréas d'un donneur d'organes, mais leur durée de vie en laboratoire était très limitée et la reproductibilité d'une préparation à l'autre, limitée.

Un précieux outil de recherche

Grâce à un protocole innovant, les chercheurs ont réussi à obtenir plusieurs lignées de cellules, de propriétés moléculaires et fonctionnelles très proches d'une cellule bêta humaine adulte, capables de restaurer un contrôle de la glycémie chez des souris diabétiques.

Techniquement, les chercheurs ont transféré un vecteur viral comprenant un oncogène « gène immortalisant » (oncogène LT de SV 40) sous contrôle d'un promoteur spécifique des cellules bêta (promoteur de l'insuline) dans des petits fragments de pancréas fœtaux humains.

« L'infection du tissus s'est faite de manière stochastique, mais l'oncogène ne s'est exprimé que dans les cellules bêta qui se développaient puisqu'il était sous le contrôle du promoteur insuline », explique Raphael Scharfmann.

Le tissu pancréatique a ensuite été transplanté dans l'organisme d'une souris immunodéficiente (scid) permettant la différenciation cellulaire et l'expression de l'oncogène par les cellules bêta et leur assurant ainsi un avantage sélectif. Les cellules bêta se sont multipliées et sont devenues immortelles. Après plusieurs mois, la tumeur formée (insulinome) a été retirée et dissociée et les lignées de cellules générées ont pu être caractérisées.

Les cellules créées ont ensuite été greffées à des souris diabétiques pour tester leur efficacité. Résultat : elles sont parvenues à restaurer le contrôle de la glycémie chez l'animal.

« Le fait de disposer des cellules bêta pancréatiques reproductibles à l'infini va nous permettre d'étudier pourquoi elles fonctionnent mal dans le diabète de type 2 et pourquoi elles sont détruites dans le diabète de type 1. De ce fait, nos lignées de cellules peuvent être utilisées pour rechercher de nouvelles molécules capables d'activer la multiplication des cellules bêta humaines et de les protéger de la destruction. Mais, elles peuvent aussi être utiles comme modèles précliniques de thérapie cellulaire du diabète », indique Raphael Scharfmann.

À ce stade, l'objectif n'est pas de transplanter ces cellules à des patients diabétiques dans le but de restaurer une glycémie normale, mais de les étudier dans l'espoir de mieux comprendre les mécanismes du diabète et de développer de nouveaux traitements.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....