SEP rémittente: bons résultats pour le daclizumab HYP

Allison Gandey

Auteurs et déclarations

7 septembre 2011

SEP rémittente: bons résultats pour le daclizumab HYP

Les résultats du premier essai d'homologation du daclizumab HYP montrent que l'anticorps monoclonal réduit de plus de moitié le taux de rechute annuel dans la sclérose en plaques. 7 septembre 2011

Etats-Unis _ Biogen Idec et Abbott ont annoncé les résultats de l'étude SELECT, un essai clinique international d'homologation de phase 2b conçu pour évaluer sur une période d'un an le composé expérimental DAC HYP (daclizumab high-yield process) chez les personnes atteintes de sclérose en plaques rémittente. Les résultats montrent que l'administration sous-cutanée mensuelle d'DAC HYP sur une période d'un an, a réduit de façon significative le taux de rechute annuel de 54 % pour le groupe ayant reçu une dose de 150 mg (p < 0,0001) et de 50 % pour le groupe ayant reçu une dose de 300 mg (p = 0,0002) par rapport au groupe placebo.

Le daclizumab est un anticorps monoclonal humanisé qui se lie au CD25, une sous-unité de récepteur qui est fortement exprimée sur des lymphocytes T anormalement activés dans certaines maladies auto-immunes comme la SEP. Le daclizumab fonctionnerait en ciblant de manière sélective ces cellules T activées sans entraîner de diminution générale des cellules T. Auparavant, d'autres essais ont montré que le daclizumab conduisait à l'augmentation d'un sous-ensemble de cellules naturelles tueuses (cellules CD56bright NK) qui contribuent à réguler le système immunitaire. Cette augmentation a été associée à une réduction considérable de la formation des lésions liées à la SEP.

Le DAC HYP est déjà indiqué sous le nom de Zenapax® dans la prophylaxie du rejet aigu d'organe chez les patients recevant une transplantation rénale allogénique de novo.

Un essai randomisé contrôlé de phase 2b

SELECT est un essai randomisé de phase 2b, contrôlé contre placebo, réalisé en double aveugle sur une période d'un an. Son objectif était de déterminer la dose optimale de DAC HYP et d'évaluer la tolérance et l'efficacité de la molécule chez 600 patients.

En ce qui concerne les critères d'évaluation secondaires, pour les groupes à 150 mg et 300 mg, le DAC HYC a offert une réduction statistique très significative du nombre cumulé de nouvelles lésions rehaussées par le gadolinium (Gd+) entre la 8e et la 24e semaine (respectivement 69 % et 78 %), du nombre des nouvelles lésions T2 hyperintenses ou de leurs élargissements après un an (respectivement 70 % et 79 %), et de la proportion des rechutes (respectivement 55 % et 51 %). Le DAC HYP montre également une tendance à l'amélioration des mesures de la qualité de vie après un an.

L'essai SELECT a également étudié l'effet du DAC HYP sur la progression du handicap mesurée sur l'échelle étendue de statut d'invalidité (EDSS). Les résultats ont montré qu'après un an, le DAC HYP réduisait le risque d'une progression soutenue de l'incapacité de 57 % pour le groupe à 150 mg et de 43 % pour le groupe à 300 mg par rapport au placebo.

Dans le cadre de l'essai SELECT, l'incidence globale des effets indésirables et des interruptions de traitement était similaire pour tous les groupes. Les infections graves (2 % contre 0 %), les problèmes cutanés graves (1 % contre 0 %) et les anomalies hépatiques supérieures à cinq fois la limite supérieure normale (4 % contre moins de 1 %) ont été plus fréquents chez les patients recevant du DAC HYP que chez ceux du groupe placebo.

Un décès est survenu au cours de l'étude suite à la complication d'un abcès du psoas chez un patient ayant souffert d'un problème cutané grave, ainsi qu'un autre dans le cadre de l'étude d'extension SELECTION en simple aveugle en cours, suite à une possible hépatite chronique active auto-immune ; il n'est pas à exclure que le DAC HYP ait pu jouer un rôle dans ces issues fatales.

Un essai clinique d'homologation de phase 3

L'analyse des données de SELECT se poursuit et l'industrie pense présenter des données détaillées lors d'une prochaine conférence scientifique.

Hormis l'essai SELECT, le DAC HYP fait l'objet d'un essai clinique d'homologation de phase 3 baptisé DECIDE, actuellement au stade du recrutement des patients. L'essai DECIDE évalue l'efficacité et la sécurité de l'administration mensuelle sous-cutanée du DAC HYP en monothérapie par rapport à la thérapie à l'interféron bêta-1a sur deux à trois années de traitement.

« L'administration pratique du DAC HYP, une fois par mois par voie sous-cutanée, ainsi que son solide profil d'efficacité, suggèrent qu'il est susceptible de constituer une option intéressante pour les patients atteints de sclérose en plaques. Nous espérons confirmer les résultats de l'étude SELECT dans le cadre de notre second essai d'homologation, DECIDE ». a déclaré dans un communiqué de presse le Dr Doug Williams, vice-président exécutif de la recherche et du développement chez Biogen Idec.

L'étude SELECT a été financée par Biogen Idec en collaboration avec les laboratoires Abbott

Cet article a été originalement publié sur Medscape.com le 09 août 2011; adapté et complété par Aude Lecrubier.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....