ARISTOTLE et les résultats de l'apixaban dans la FA en avant-première

Vincent Bargoin

27 juin 2011

Princeton et New-York, Etats-Unis - Les laboratoires Bristol-Myers Squibb et Pfizer, qui co-développent l'apixaban (Eliquis®) font savoir que l'anti-Xa se montre non inférieur à la warfarine en prévention des AVC chez des patients en FA, présentant un facteur de risque additionnel aux AVC [1]. Ce résultat est issu de l'étude de phase III ARISTOTLE, dont les résultats devraient être présentés au prochain congrès de l'European Society of Cardiology 2011. Au passage, il est amusant de constater que Bayer s'était livré à un teasing du même genre avec le rivaroxaban (Xarelto®), en annonçant les principaux résultats de ROCKET-AF quelques semaines avant leur présentation au congrès de l'American Heart Association 2010.

Après l'aspirine, les AVK comme comparateur

En février dernier, étaient publiés les résultats d'AVERROES, qui, dans la même indication, comparait cette fois l'apixaban à l'aspirine chez des patients ne pouvant être traités par AVK. Une réduction de 55% du risque d'AVC avait été constatée, sans augmentation des hémorragies majeures.

ARISTOTLE prend cette fois les AVK comme comparateur. Il s'agit d'une étude randomisée, menée dans une quarantaine de pays et un millier de centres, chez 18200 patients en FA, traités par apixaban (2x5mg/j) ou warfarine à dose ajustée. Selon les deux laboratoires qui développent le produit, l'apixaban s'est montré non inférieur à la warfarine sur le critère primaire d'efficacité, qui était la prévention des AVC et des embolies systémiques, et supérieur sur le critère secondaire d'efficacité et de saignements majeurs.

Un développement tout azimut

L'étude fait partie d'un programme plus large, baptisé EXPANSE, qui comporte neuf essais de phase III, et devrait concerner quelques 60000 patients au total, traités dans diverses indications.

S'agissant de la prévention des AVC chez les patients en FA, Bristol-Myers Squibb et Pfizer annoncent leur intention de déposer une demande d'AMM européenne au troisième ou quatrième trimestre 2011.

S'agissant de la prévention des TVP en chirurgie orthopédique (prothèse totale de hanche ou de genou), l'apixaban dispose déjà d'une AMM européenne.

Enfin, des essais de phase III sont actuellement en cours dans les deux indications de traitement des TVP, et de prévention des TVP chez des patients hospitalisés non chirurgicaux.

La concurrence

L'apixaban vient concurrencer deux autres alternatives aux AVK, dont le développement est aujourd'hui plus avancé : le dabigatran, un anti-IIa (Pradaxa®, Boehringer-Ingelheim), et le rivaroxaban, un autre anti-Xa (Xarelto®, Bayer).

Dans l'essai RE-LY, mené dans la FA, le dabigatran à la dose de 150 mg s'est montré plus efficace que la warfarine, et plus sûr à la dose de 110 mg. Le dabigatran est autorisé aux Etats-Unis dans la FA, et a reçu un avis positif de l'Agence Européenne du Médicament pour cette indication en avril dernier. Cette indication devrait donc prochainement s'ajouter à l'autorisation obtenue en 2008 pour la prévention des TVP après chirurgie pour prothèse totale de hanche ou du genou.

En ce qui concerne le rivaroxaban et la FA, une non-infériorité par rapport à la warfarine a été montrée dans l'essai ROCKET-AF, présenté au congrès de l'AHA en novembre 2010. En attente d'AMM dans cette indication, le rivaroxaban est, comme l'apixaban et le dabigatran, autorisé en chirurgie orthopédique.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....