Téléphone portable et cancer : en attendant les preuves, des recommandations de bon sens

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

24 juin 2011

Le téléphone portable : peut-être cancérigène ?

La totalité du rapport de l'OMS sur la carcinogénécité des champs électromagnétiques a été publié en ligne le 22 juin sur le site du Lancet Oncology. En attendant des preuves du lien possible entre téléphones portables et risque de cancer, les experts conseillent l'utilisation de kits-mains libres et de textos.
24 juin 2011

Lyon, France - L'effet possiblement néfastes de l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences tels qu'ils sont émis par les appareils de télécommunication sans fil est un objet de préoccupation récurrent, d'autant que le nombre de téléphone portable en circulation ne cesse d'augmenter -le nombre d'abonnements dans le monde est estimé aujourd'hui à 5 milliards.

En mai dernier, un groupe de travail constitué de 31 chercheurs issus de 14 pays s'est réuni au Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'OMS. La totalité de leur rapport est disponible depuis le 22 juin sur le site du Lancet Oncology [1].

Ce groupe d'experts classe les champs électromagnétiques de radiofréquences (y compris ceux émis par les téléphones portables) comme « peut-être cancérogènes pour l'homme » (groupe 2B). Cette classification repose principalement sur l'observation d'une augmentation de risque de gliome (tumeur maligne du cerveau) associée à l'utilisation de téléphone mobile. Le lien de causalité entre exposition au téléphone mobile et tumeur cérébrale, est faible (car ne s'appuyant que sur des études épidémiologiques suggérant des excès de risques) mais a été considéré comme crédible.

Le groupe de travail n'a pas quantifié le risque ; « cependant, une étude rétrospective de l'utilisation du téléphone portable (jusqu'en 2004), a montré un risque accru de 40 % de gliome chez les plus grands utilisateurs (moyenne rapportée : 30 minutes par jour sur une période de 10 ans (Etude Interphone, sous presse) » indique le communiqué du CIRC [2].

Le risque cancérogène est classé par le CIRC en 5 groupes 

1 : l'agent est cancérogène pour l'homme

2A : l'agent est probablement cancérogène pour l'homme

2B : l'agent est peut-être cancérogène pour l'homme

3 : l'agent est inclassable quant à sa cancérogénécité pour l'homme

4 : l'agent n'est probablement pas cancérogène pour l'homme.


Le Dr Jonathan Samet (Université de Californie du Sud, Etats-Unis), président du groupe de travail, a indiqué que « les données, qui ne cessent de s'accumuler, sont suffisantes pour conclure à la classification en 2B. Cette classification signifie qu'il pourrait y avoir un risque, et quil faut donc surveiller de près le lien possible entre les téléphones portables et le risque de cancer ».

Prudent, le directeur du CIRC, Christopher Wild a précisé que des recherches supplémentaires étaient nécessaires sur l'utilisation intensive des téléphones portables. En attendant des données plus convaincantes, les experts prônent des mesures de bon sens pour réduire l'exposition comme l'utilisation de kits mains libres et plus nouveau, l'utilisation de textos, très prisée des plus jeunes - à juste titre car moins risquée au final, sauf en conduisant !

Recommandations françaises

En France, l'Institut national du Cancer (InCA) rappelle que depuis 2008, le ministère chargé de la santé recommande d'adopter une approche de précaution [3]:

  1. éviter les conversations inutiles ou trop longues ;

  2. téléphoner de préférence dans les zones dans lesquelles la réception est à son maximum : lorsque la réception est faible, la puissance d'émission est maximale ;

  3. encourager les enfants et les adolescents à un usage modéré du téléphone mobile;

  4. éviter de téléphoner en se déplaçant afin que l'appareil ne cherche pas un nouveau relais ;

  5. éloigner l'appareil des zones sensibles du corps. Un kit piéton limite l'exposition de la tête.


Un rapport concis résumant les conclusions du groupe de travail du CIRC est publié dans Lancet Oncology, numéro du 1er juillet 2011.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....