Escherichia coli tueuse : qui est-elle ?

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

14 juin 2011

Escherichia coli, Allemagne, syndrome hémolytique et urémique (SHU)

Responsable de plus d'une trentaine de décès en Allemagne, la bactérie Escherichia coli entéro-hémorragique (EHEC) fait la une de l'actualité. Mais qui est véritablement cette bactérie et comment s'en protéger ?
14 juin 2011

Charenton, France - Depuis fin mai 2011, une augmentation anormale de cas de diarrhées hémorragiques et de syndromes hémolytiques et urémique (SHU) est observée en Allemagne ainsi que dans certains pays européens. A l'origine : une bactérie alimentaire bien connue des services de microbiologie et impliquée dans de nombreuses épidémies alimentaires dans les années 1980. Elle appartient en effet à une famille de pathogènes émergents, les STEC ou Shiga-toxin-Producing Escherichia coli, également appelés VTEC pour Verotoxin producing Escherichia coli. D'ailleurs, si sa provenance a fait l'objet de nombreuses tergiversations, l'identité de la bactérie incriminée a en revanche été rapidement mise à jour. Elle sévit au sein d'un sous-groupe de bactéries STEC appelé EHEC (Escherichia coli entéro-hémorragiques). Les symptômes qu'elles provoquent, variables selon les individus, peuvent aller d'une simple diarrhée au décès en passant par des diarrhées hémorragiques et/ou des atteintes rénales sévères appelées syndrome hémolytique et urémique (SHU).

La France n'est pas épargnée

En France, depuis 1995 une centaine de cas de SHU, majoritairement liés à des STEC, est recensé par an, chez les enfants de moins de 15 ans. Sachant que les personnes les plus sensibles à l'infection par ces bactéries sont généralement les enfants de moins de 5 ans et les personnes âgées de plus de 65 ans.


Chez l'homme, l'ingestion d'aliments contaminés (produits d'origine animale mais aussi légumes crus) est le principal mode de contamination. Plus précisément, la contamination peut se produire via la consommation d'eau souillée, le contact avec un animal contaminé ou ses déjections, la transmission de personne à personne. Seules quelques bactéries peuvent suffire à déclencher l'infection.

« Différents signes cliniques peuvent être associés à une contamination par des EHEC : diarrhée sanglante, syndrome hémolytique et urémique (SHU) chez les enfants (dans environ 10% des cas) et purpura thrombotique et thrombocytopénique (PTT) chez les adultes » rappelle l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail. Le SHU, principale cause d'insuffisance rénale du nourrisson, est responsable de séquelles rénales graves dans un tiers des cas, pouvant éventuellement entrainer un décès.

Conseils pour se prémunir contre ces bactéries

Laver minutieusement les légumes crus.

Porter le lait cru destiné à la consommation des très jeunes enfants (moins de 5 ans) à ébullition avant consommation.

Assurer une cuisson à cœur (70°C pendant 2 minutes) des steaks hachés, notamment ceux destinés aux jeunes enfants.

Respecter les mesures générales d'hygiène en cuisine. Par exemple : se laver les mains après avoir manipulé des viandes ou légumes crus, laver les surfaces de travail en contact avec les aliments crus, ne pas remettre de la viande cuite dans un plat ayant contenu de la viande crue sans avoir lavé ce plat (cas fréquent lors de la préparation d'un barbecue ou l'on oublie trop souvent de laver le plat ayant servi à assaisonner la viande avant d'y redéposer la viande cuite.)

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....