Cigarettes électroniques : mieux vaut s'abstenir !

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

7 juin 2011

L'Afssaps déconseille la cigarette électronique

A l'occasion de la journée sans tabac, l'Afssaps met en garde les utilisateurs contre la cigarette électronique. Il ne s'agit en aucun cas d'un médicament et elle peut même se révéler toxique.
7 juin 2011

Saint-Denis, France - Après expertise, l'Afssaps recommande de ne pas utiliser les cigarettes électroniques. Elles peuvent en effet provoquer ou entretenir une dépendance à la nicotine et « entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle, avec des effets indésirables graves ». Ne disposant d'aucune AMM, elles doivent être, en outre, bannies des pharmacies, indique le communiqué.

De quoi s'agit-il ?

Mise au point en Chine en 2004, la cigarette électronique, généralement fabriquée en acier inoxydable, comporte un réservoir contenant de la nicotine liquide à diverses concentrations, fonctionne avec une batterie rechargeable et ressemble à une vraie cigarette. L'utilisateur aspire comme il le ferait avec une vraie cigarette, mais ne l'allume pas et elle ne produit pas de fumée. Elle s'est, de fait, développée en tant qu'alternative à la cigarette classique depuis l'interdiction de fumer dans les lieux publics.

Mais contrairement à ce que prétendent, à grand renfort de publicité sur Internet notamment, les entreprises qui les commercialisent, ces cigarettes électroniques n'ont pas fait la preuve de leur efficacité dans l'arrêt au tabac, alertait déjà l'OMS en 2008.

Aujourd'hui, l'Afssaps se penche, quant à elle, sur le statut des cigarettes électroniques en s'intéressant à l'objectif revendiqué - l'aide à l'arrêt au tabac — et la concentration en nicotine contenue dans les cartouches qui peuvent, sous certaines conditions, répondre à la réglementation du médicament. Et ses conclusions sont sans appel : « à ce jour, aucun type de cigarette électronique ne dispose d'une AMM, aucun fabricant n'ayant déposé de demande en ce sens ». Pas question donc de les retrouver en officines : « les cigarettes électroniques ne peuvent être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée » affirme l'Afssaps.

De plus, elles sont susceptibles d'être toxiques. Les e-liquides — composés de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes - qui permettent de recharger les cartouches usagées peuvent contenir "des quantités de nicotine susceptibles d'entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle, avec des effets indésirables graves, notamment chez les enfants" indique le communiqué.

Enfin, "comme pour la cigarette classique, consommer des cigarettes électroniques peut induire une dépendance, pour toute quantité de nicotine contenue dans les cartouches", rappelle l'Afssaps. Avec un effet contre-productif puisque "l'usage de ce produit expose donc les utilisateurs qui n'étaient dépendants ni aux cigarettes, ni à la nicotine, à un risque de dépendance primaire".

Mieux vaut s'abstenir donc.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....