MEDIATOR : réactions en chaine au sommet

Pascale Solère

18 novembre 2010

Entre principe de précaution, rationalité et émotivité, il peut être difficile de s'y retrouver dans « l'affaire » du Médiator qui secoue actuellement les autorités de tutelle et le gouvernement. Du fait d'effets indésirables valvulaires, les cardiologues sont particulièrement concernés par ce problème. Raison pour laquelle heartwire souhaite vous informer régulièrement sur le sujet. Les commentaires et règlements de compte politiques ne seront ne revanche pas repris.

Paris, 16 novembre — Vers un rappel de « tous » les patients

Les autorités sanitaires semblent opter pour un rappel de tous les patients ayant pris du Médiator. Le Ministre, Xavier Bertrand a en effet déclaré : « Nous adressons un message à TOUS ceux qui ont pris du Médiator » même s'il précise que « ce message s'adresse tout particulièrement à ceux qui en ont pris pendant 3 mois au cours des 4 dernières années ».

Il faut néanmoins souligner que les rappels nominatifs — lettres personnalisées adressées aux patients — ne peuvent plus guère concerner que les patients traités entre 2008 et 2009. Les données médicales nominatives n'étant conservées que 24 mois.

Pour suivre l'efficacité de cette alerte, un comité de suivi constitué de la Direction Générale de la Santé, de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé et de l'Assurance maladie doit être mis en place.

Une mission doit aussi être confiée à l'Inspection générale des Affaires sociales pour « savoir comment renforcer les études d'un médicament déjà sur le marché » et « identifier les signaux d'alerte faibles, voire très faibles ». Ceci dans le but « avant tout d'apporter les réponses aux questions légitimes que se posent les patients » a précisé Xavier Bertrand dans son point presse.

Paris, 17 novembre — Le Dr Irène Frachon reçue par le Ministre Xavier Bertrand

Le Dr Irène Frachon, pneumologue à l'hôpital de Brest, auteure de l'enquête cas-témoin menée à Brest et du livre « Médiator, 150 mg » (Editions-dialogues.fr) dont le sous-titre, « Combien de morts ? » qui a été censuré en juin 2010, suite à une plainte des laboratoires Servier, a été reçue mardi après-midi par le Ministre Xavier Bertrand.

Xavier Bertrand a donc voulu auditionner celle dont l'enquête, que le livre relate en subtilité, a permis de dénoncer le rôle du Médiator dans les valvulopathies. Sûrement pour mieux comprendre l'inertie des autorités sanitaires et/ou comment le laboratoire Servier a pu si longtemps repousser l'interdiction.

Suite à cet entretien, Irène Frachon a déclaré à Ouest France : « Je suis soulagée que cette sale histoire meurtrière soit enfin reconnue », tenant à préciser au passage « j'ai été reçue par le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, qui a pris conscience du problème. Mais pour que l'affaire aboutisse, il a fallu le relais de Gérard Bapt, député et cardiologue. Après avoir lu mon livre, il a demandé à l'Afssaps de commander une nouvelle étude à la CNAM. Laquelle vient d'aboutir. »

Pour elle, « les effets secondaires du Médiator étaient connus mais pas rendus publics. Mais surtout, l'Afssaps craint les laboratoires, les lobbies. C'est le principal problème. Il faut davantage de transparence ».

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....