Le suivi téléphonique des insuffisants cardiaques réduit les hospitalisations au long cours

Dr Walid Amara

5 novembre 2010

Buenos Aires, Argentine — Les études ayant évalué l'intérêt d'une intervention d'infirmières, notamment dans le cadre de programmes de télémédecine ont montré une réduction des hospitalisations et des coûts. Cependant, la majorité de ces études ont porté sur des populations à faible effectif, très sélectionnées avec un suivi relativement court.

« Nous avons donc mené cette étude multicentrique, qui a inclus 1518 patients dans 51 centres en Argentine. Les patients ont été suivis pendant l'année de l'étude, puis sur une période additionnelle de 3 ans après la fin de l'étude » explique le Dr Daniel Ferrante (Buenos Aires, Argentine). [1]

Effet d'un suivi téléphonique régulier

Dans cette étude, les patients insuffisants cardiaques ont été randomisés entre l'ajout d'un suivi téléphonique par des infirmières et un suivi médical conventionnel.

L'étude a inclus 1518 patients insuffisants cardiaques. Dans le groupe intervention, les patients étaient contactés par téléphone par une infirmière tous les 14 jours. Après 2 mois, la fréquence des appels était adaptée à l'état du patient. Les infirmières étaient autorisées à ajuster la dose des diurétiques. Elles pouvaient conseiller une visite plus rapide chez le cardiologue. Elles délivraient également des conseils sur le régime et sur la compliance au traitement.

Une éducation était également faite par les infirmières sur le suivi par le patient de ses symptômes, son poids, la présence d'œdèmes. La durée initiale, d'un an, de l'intervention a été prolongée de 3 années supplémentaires.

Le critère primaire de jugement était la combinaison de la mortalité totale et des hospitalisations pour insuffisance cardiaque après un an de suivi. Ce critère a également été évalué après l'extension de suivi de 3 ans.

« L'intervention téléphonique d'une infirmière a permis de réduire les hospitalisations pour insuffisance cardiaque à un an et jusqu'à la fin du suivi à trois ans » annonce le Dr Ferrante.

 
L'intervention téléphonique d'une infirmière a permis de réduire les hospitalisations pour insuffisance cardiaque à un an et jusqu'à la fin du suivi à trois ans — Dr Ferrante (Buenos Aires, Argentine)
 

En effet, le critère primaire combinant mortalité et hospitalisation pour insuffisance cardiaque était plus bas à un an (26,3 vs 31 %; RR 0,80 ; IC à 95 % 0,66-0,97 ; p = 0,026).

Ces résultats se sont maintenus après la fin de l'intervention, que ce soit à un an dans le groupe intervention (37,2 vs 42,6 % ; RR 0,81 ; IC à 95 % 0,69-0,96; p = 0,013), ou à 3 ans (55,7 vs 57,5 %; RR 0,88 ; IC à 95 % 0,77-1,00 ; p = 0,05).

Cette réduction du critère composite était essentiellement en rapport avec une réduction des hospitalisations pour insuffisance cardiaque, puisqu'il n'a pas été retrouvé de différence de mortalité entre les deux groupes.

« Trois ans après la fin de l'intervention, une différence majeure en termes d'hospitalisations pour insuffisance cardiaque était encore notée » commente le Dr Ferrante.

En effet, la baisse des hospitalisations était de 38 % (28,5 vs 35,1 % ; RR 0,72 ; IC à 95 % 0,60-0,087; p = 0,0004).

Traitements médicamenteux optimisés

Ces améliorations sont probablement en rapport avec une meilleure compliance (concernant la diététique, le poids et le traitement).

Ainsi, concernant les traitements, à la fin de l'intervention, les patients recevaient plus fréquemment des bêtabloquants (59,2 vs 51,6 % ; p = 0,003), de la spironolactone (27,2 vs 22,6 % ; p = 0,03), de la digoxine (33,4 vs 28,6 %; p = 0,04) ou du furosémide (77,3 vs 70,5 % ; p = 0,005).

Ce travail vient renforcer l'intérêt du suivi des patients insuffisants cardiaques, notamment dans le cadre de réseaux, impliquant les infirmières. A ce titre, les programmes d'éducation thérapeutique ou de télémédecine en général devraient être encouragés.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....