Intérêt de la mesure de la FFR : à 2 ans, FAME persiste et signe

Vincent Bargoin, avec la collaboration de Michael O'Riordan

25 septembre 2009

(Article heartwire original en anglais) San Francisco, É.-U.FAME (Fractional flow Reserve versus Angiography for Guiding PCI in Patients with Multivessel Coronary Disease) est une étude qui se laisse suivre quasiment en temps réel. Après les résultats à 18 mois présentés début septembre, lors du Congrès de l'ESC, voici les résultats à deux ans, présentés lors du Congrès TCT. À 18 mois, le critère d'abaissement de la fraction de réserve pour guider l'angioplastie permettait une réduction absolue de 5,3 % du critère primaire par rapport au critère angiographique. À deux ans, cette réduction est de 4,3 %. L'économie, en terme de nombre de stent implantés, se maintient elle aussi.

Rappelons que FAME a inclus 1005 patients présentant des sténoses de plus de 50 % dans au moins deux territoires coronaires majeurs. Selon le groupe, étaient stentés les lésions > 50 % à l'angiographie, ou les lésions associées à une fraction de réserve < 80 %. Par rapport à l'étude DEFER, publiée voici plus de 5 ans, FAME se caractérise donc par la sévérité des lésions.

La concordance avec les résultats de DEFER et de COURAGE

La concordance des résultats de FAME avec ceux de DEFER, ainsi qu'avec ceux de la sous-étude scintigraphique de COURAGE, a donc quelque chose de rassurant. C'est ce qu'a souligné le Dr Stephen Ellis (Cleveland Clinic) à TCT, en commentant les résultats à deux ans présentés par le Dr William Fearon (Standford University). « Le bénéfice de la fraction de réserve comme critère, paraît durable », a-t-il indiqué.

En outre, DEFER avait été exclusivement menée avec des stents nus, ce qui, à l'heure des stents actifs, hypothéquait toute conclusion en faveur de la fraction de réserve. Cette hypothèque est aujourd'hui levée.

Dans la limite des deux ans de suivi, FAME souligne donc deux choses : premièrement, les incertitudes de l'angiographie, deuxièmement, l'inutilité, au minimum, d'une plastie des lésions non signifiantes fonctionnellement.

Vérifier à cinq ans que les lésions non stentées ne provoquent pas d'infarctus

Reste la principale limitation de la mesure de la fraction de réserve : elle ne permet pas de déterminer le risque évolutif d'une plaque athéromateuse. C'est d'ailleurs bien pour cette raison que le suivi à long terme est important. Parmi les résultats présentés à TCT, figurait le taux d'IDM sur des lésions non stentées du groupe fraction de réserve, et qui auraient été stentées dans le groupe angioplastie. Sur quelques 500 lésions dans ce cas, une seule a provoqué un IDM, soit 0,2 %. Ici encore, un résultat qualifié de « rassurant » par Stephen Ellis.

Un suivi à cinq ans est néanmoins prévu pour les patients de FAME.

Outre le maintien des résultats de FAME à cinq ans, une confirmation par une autre étude serait sans doute bienvenue pour que l'utilisation de la fraction de réserve se développe en routine. Non seulement parce que la sécurité est indispensable, mais aussi parce qu'on imagine que poser moins de stents est une option qui satisferait du monde.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....