Faire glisser pour avancer
Auteur//Crédit: Dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Spécial été : la peau face au soleil

Si le soleil a l’avantage de favoriser la production de vitamine D, le développement du bronzage intensif au cours des dernières décennies est responsable de nombreuses pathologies au premier rang desquelles le mélanome. Cancers de la peau, allergies, herpès solaire, lupus, cataractes, mycoses estivales…, dans ce diaporama, le Pr Christophe Bédane (dermatologue vénérologue, CHU Dijon, Université de Bourgogne, SFD, SFPD) revient sur ces maladies qui apparaissent ou qui sont aggravées par l’exposition solaire mais aussi sur une exception, le psoriasis, qui régresse avec les UV.

Crédit : Callista Images via Getty

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Mélanome, cancers de la peau… : le risque numéro 1

Plus de 15 000 nouveaux cas de mélanome sont recensés chaque année en France, selon Santé Publique France ; un chiffre en constante augmentation. La plupart sont le fait d’une surexposition solaire.

« Le soleil est responsable du mélanome comme le tabac est responsable du cancer du poumon. C’est un facteur de risque majeur dont on peut se prémunir », explique le Pr Bédane.  

« Il est particulièrement important de protéger les enfants et les jeunes car il a été montré que ce sont les coups de soleil et l’exposition solaire intense dans l’enfance ou chez l’adulte jeune qui augmentent le risque de mélanome chez l’adulte », ajoute-il. « Il faut éduquer les enfants et les adolescents à adopter de bonnes habitudes de protection solaire ».

Les autres cancers de la peau, comme les carcinomes basocellulaires et les carcinomes épidermoïdes, sont plutôt le fait de l’exposition chronique, cumulative au soleil.

Crédit : anand purohit via Getty

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Allergies solaires : lucites estivales et urticaires

La lucite et l'urticaire solaire sont deux manifestations très différentes de l'allergie solaire.

Les lucites estivales bénignes sont les plus fréquentes et peuvent durer plusieurs années. Elle se présentent sous la forme de multiples petits boutons roses peu en relief.

« Elles apparaissent dans les 12 heures qui suivent l’exposition solaire contrairement à l’urticaire qui apparait très vite. Ce type de lucite se calme au fil de l’été et des années. Les lucites estivales se déclenchent plutôt chez l’adulte jeune, en particulier chez les femmes, et vont atteindre des zones habituellement peu exposées au soleil comme le décolleté, les bras ou le haut des cuisses. Elles peuvent être prévenues assez bien par la puvathérapie qui permet de préparer la peau au soleil et traitées éventuellement par des médicaments comme l’hydroxychloroquine qui est photoprotectrice », décrit le Pr Bédane.

Les urticaires solaires apparaissent, en revanche, après une courte exposition solaire (15 min environ). Les boutons et les plaques d’urticaire démangent fortement et ressemblent à des piqûres d’orties.

« Lorsqu’il y a une vraie allergie au soleil, il est important d’adresser les patients à des centres spécialisés de manière à faire une exploration photobiologique où l’on va déterminer quelle est la partie du spectre UV qui va déclencher l’éruption. Les urticaires solaires notamment peuvent être induits par les UVA et éventuellement par la lumière visible », souligne le dermatologue.

Des maladies génétiques sont aussi responsables d’allergies au soleil, notamment la porphyrie, un groupe de maladies héréditaires en rapport avec un déficit enzymatique du métabolisme des porphyrines.

Crédit: Dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

L’hypersensibilité aux médicaments

Il existe de nombreux médicaments photosensibilisants. Les antibiotiques (tétracyclines, fluoroquinolones, sulfonamides), certains anti-inflammatoires, les diurétiques (furosémide), les antidiabétiques dérivés des sulfamides, les antifongiques (griséofulvine), les tranquillisants (phénotiazines) peuvent provoquer des éruptions au soleil.

« Il faut aussi vraiment faire attention aux médicaments que prennent les personnes qui font des UV en cabine (points solaires…) car il n’y a pas d’encadrement », souligne le Pr Bédane.

Auteur//Crédit : Dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Acné et soleil : les faux amis

Le soleil est un faux ami de l’acné.

Si l’effet anti-inflammatoire du rayonnement UV diminue l’acné l’été, l’exposition au soleil induit des poussées tardives vers octobre/novembre.

« Le soleil est comédogène en profondeur. Il stimule la fabrication de sébum, favorise la rétention au niveau des glandes sébacées et produit un épaississement de l’épiderme ce qui favorise l’apparition de lésions rétentionnelles de l’acné comme les kystes, microkystes, points noirs... », explique le Pr Bédane.

Il est donc recommandé aux acnéiques d’utiliser des produits de protection solaire pendant l’été.

Les traitements de l’acné quotidiens doivent être continués mais certains, à base de vitamine A, d’acide rétinoïque ou de peroxyde de benzoyle, peuvent être espacés car ils sont irritants, voire photosensibilisants.

Les antibiotiques cyclines qui peuvent être utilisés comme traitements de fond de l’acné sont phototoxiques. Il faut éviter de les instaurer pendant l’été, les alléger si besoin et donner des conseils de photoprotection.

Il n’y a pas d’indication à interrompre un traitement par Roaccutane l’été mais le traitement nécessite de se protéger du soleil.

Auteur//Credit : BSIP

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Des maladies qui s’aggravent avec le soleil

Certaines maladies peuvent être aggravées par le soleil comme le lupus, une maladie relativement fréquente. « L’exposition solaire peut provoquer des poussées à la fois au niveau cutané, systémique, articulaire ou éventuellement hématologique. Une photoprotection très stricte est essentielle », indique le Pr Bédane.

Une autre maladie, le vitiligo, est aggravée par le soleil. La raison en est que la peau non vitiligineuse bronze et que, par contraste, les plaques de vitiligo apparaissent d’autant plus marquées. Dans la mesure où les plaques ne bénéficient plus de la photoprotection par la mélanine, des coups de soleil peuvent y apparaitre. « Toutefois, le soleil est aussi un agent thérapeutique qui peut être proposé à petites doses (UVB), sous surveillance, pour repigmenter les vitiligos en les associant à des corticoïdes ou des immunosuppresseurs locaux », souligne le dermatologue.

Auteur//Crédit : Dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Psoriasis et soleil : couplé gagnant

« La seule maladie qui s’améliore avec le soleil est le psoriasis, encore que certains psoriasis soient UV sensibles et puissent être aggravés (5 à 10 %) », indique le Pr Bédane.

Dans le psoriasis, l’inflammation chronique de la peau entraîne une forte prolifération des kératinocytes. Or, les UVB peuvent limiter directement cet emballement. La puvathérapie, réalisée chez le dermatologue, est d’ailleurs utilisée pour soigner le psoriasis.

A noter qu’une exposition trop rapide et trop intense peut, en revanche, aggraver le psoriasis.

Auteur//Crédit : Dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Herpès solaire

L’herpès solaire est très fréquent, notamment lors des séjours à la montagne l’hiver, c’est « herpès des neiges ».

Le soleil, et en particulier les UVB, provoquent une photo-immunosuppression des cellules de la peau exposée. Le virus, toujours stocké en faible quantité dans des petits ganglions nerveux qui mènent aux lèvres, en profite alors pour refaire surface. Pour limiter les poussées d’herpès au soleil et éviter les tâches qu’il provoque et qui sont difficiles à faire disparaitre, il est important d’appliquer une protection solaire avec un indice important sur les lèvres.

Auteur//Crédit : Dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Mycoses de l’été, irritations…

Soleil, fortes chaleurs et humidité sont les conditions idéales pour le développement des mycoses.

Les mycoses de l’été, dites pityriasis versicolor, apparaissent sous forme de plaques pigmentées ou dépigmentées superficielles généralement sur les épaules et le haut du dos.

Elles sont dues à un agent pathogène présent sur la peau (Malassezia furfur) qui se développe en milieu humide et lors de l’exposition aux rayons ultraviolets. Elles se traitent facilement par des antifongiques locaux.

Autres mycoses de l’été, celles des sportifs qui se logent au niveau des intertrigaux et interdigitaux plantaires par exemple ou des intertrigaux inguinaux. Elles sont liées à la transpiration et à la macération et se traitent aussi avec des antifongiques locaux.

A noter : les personnes qui font beaucoup d’exercice en milieu chaud et humide peuvent aussi développer des miliaires sudorales, des petits boutons rouges-rosés en relief, qui s’estompent généralement tout seuls avec un petit antiseptique local, un savon antiseptique.

Auteur//Crédit : dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Protéger l’œil !

L’œil est un organe fragile, sensible aux UV, qui doit être protégé grâce à des verres protecteurs. L'observation du soleil sans lunettes solaires peut entrainer des pathologies ophtalmiques comme la cataracte, la DMLA, une ophtalmie ou un mélanome uvéal. Les patients qui font de la puvathérapie doivent aussi être protégés.

Les alpinistes connaissent parfois une ophtalmie des neiges lorsqu’ils sont exposés de manière intense à un rayonnement UV, sur un revêtement blanc. Elle correspond à une brûlure de la cornée par les ultraviolets et induit un risque d’aveuglement qui va durer quelques heures et qui normalement rentre dans l’ordre tout seul lorsque la personne est placée dans l’obscurité. « Mais, la répétition du phénomène peut induire des cataractes sévères très précoces », souligne le Pr Bédane.

La surexposition solaire est aussi la cause du mélanome uvéal, une pathologie maligne rare mais le cancer de l’œil le plus fréquent. Les symptômes sont une baisse de l'acuité visuelle, une tache dans le champ visuel, des flashs répétés au même endroit.

La cataracte est une opacité du cristallin. Elle entraîne une baisse de la vision et une gêne face aux sources lumineuses. Selon l'OMS, 20% environ des cataractes, première cause de cécité mondiale, sont liées aux expositions solaires répétées.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) touche plus généralement le sujet âgé et atteint la vision centrale qui s'altère progressivement. La surexposition solaire serait aussi impliquée dans l'apparition de la maladie.

Auteur//Crédit : Wuka via getty

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Protection solaire : des progrès

Des progrès notables ont été réalisés sur la composition des écrans solaires.

« Nous avons maintenant des produits de protection qui protègent bien contre les UVB (les coups de soleil et la carcinogénèse) et qui protègent aussi de la carcinogénèse induite par l’UVA et par l’UVA long », note le Pr Bédane. Aussi, de nombreuses crèmes ne contiennent plus d’oxybenzone, un filtre solaire écotoxique.

Il y a quelques années, la protection solaire était dirigée essentiellement contre les UVB qui induisent 90% de l’érythème. « Mais, nous avons pensé qu’en se protégeant des coups de soleil, on pouvait avoir un effet pervers, s’exposer plus et subir les effets délétères des UVA. On sait maintenant que les UVA sont aussi responsables d’une carcinogénèse et du vieillissement cutané », indique le Pr Bédane.

Depuis les années 2000, l’autorisation de commercialisation est conditionnée au fait que la protection en UVA soit au moins de 3 fois supérieure à celle contre les UVB.  Aussi, une longueur d’onde critique est requise, 80% de protection jusqu’à une longueur d’onde de 370 nanomètres (dans l’UVA long).

Auteur//Crédit : dreamstime

Spécial été : la peau face aux risques solaires

Pr Christophe Bédane, Aude Lecrubier | 11 août 2021 | Auteurs

Protection solaire : appliquer une quantité suffisante

Pour une protection optimale, la quantité d’écran solaire à appliquer doit être supérieure à 2 milligrammes par cm².

« Or, on sait qu’en pratique, on en met le quart. Les recommandations sont d’appliquer une première fois l’écran à peu près 30 minutes avant d’aller à la plage, de réappliquer quand on arrive, puis en début d’après-midi. Il vaut mieux appliquer moins souvent mais mettre des quantités suffisantes que l’inverse », souligne le Pr Bédane qui rappelle que plus le facteur de protection (SPF) est élevé, plus le niveau de protection est important. « Un indice 30 signifie qu’il faut 30 fois plus de temps pour avoir un même coup de soleil que si la peau n’était pas exposée sans écran », explique-t-il.

En parallèle, il est recommandé de ne pas s’exposer entre 11h30 et 16h.

Enfin, « on considère qu’un enfant ne devrait pas être exposé au soleil direct avant deux ans (t-shirt, casquette, lunettes, crème…). Dans les premières semaines de vie, il ne faut absolument pas exposer les nourrissons au soleil. Il y a d’autant moins d’intérêt qu’ils bénéficient maintenant d’une supplémentation en vitamine D », insiste le Pr Bédane.

Le Pr Bédane a déclaré avoir eu des liens d’intérêt avec Galderma. Il est membre de la Société Française de Dermatologie (SFD) et membre de la Société Française de Photodermatologie (SFPD).

Démarrer
 

Accidents de l’été : testez-vos connaissances

Noyades, piqûres d’insectes, allergies, intoxications… : testez vos connaissances sur la prise en charge des maladies estivales avec des quiz et des diaporamas spécial été.
1 26 Suivant